L’Algérie interdit l’exportation de denrées alimentaires de base par crainte de pénurie

L’Algérie a interdit l’exportation de denrées alimentaires qui sont principalement importées par le pays dans un contexte d’escalade de la crise alimentaire résultant de l’opération militaire russe en cours en Ukraine.

Le président Abdelmadjid Tebboune a ordonné l’interdiction lors d’une réunion du cabinet dimanche.

« Sur proposition conjointe des ministres de l’agriculture et du commerce, le président de la République a ordonné d’empêcher l’exportation de tous les produits de consommation importés par l’Algérie, tels que le sucre, les pâtes alimentaires, l’huile, la semoule et tous les dérivés du blé, chargeant le ministre de Justice de préparer un projet de loi criminalisant l’exportation de matériaux non produits localement comme un acte portant atteinte à l’économie nationale. »

Le président a ordonné des efforts pour encourager « les agriculteurs qui fournissent le stock stratégique de blé dur et tendre et de céréales sèches de l’État, avec diverses incitations, notamment des subventions avec des prêts, des engrais et d’autres avantages ».

Les actions de l’Algérie surviennent à un moment où d’autres pays ont pris des mesures pour protéger leurs réserves alimentaires en réponse à l’opération militaire russe en cours en Ukraine, qui a exacerbé la hausse mondiale des prix des produits de base, y compris la nourriture et le pétrole.

Le pain et d’autres produits à base de blé sont un aliment de base dans les pays d’Afrique du Nord et d’Asie du Sud-Ouest. Dans bon nombre de ces pays, 30 pour cent ou plus des approvisionnements en blé proviennent de Russie et d’Ukraine.

Selon l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO), la Russie est le plus grand exportateur de blé au monde et l’Ukraine est le cinquième exportateur de blé. Ensemble, ils fournissent 19 % de l’approvisionnement mondial en orge, 14 % en blé et 4 % en maïs, et représentent plus d’un tiers des exportations mondiales de céréales.

READ  Les mèmes que nous aimons et l'économie cachée qui les fait

L’opération militaire en cours de la Russie a entravé les exportations, car l’embargo frappant la Russie signifie que le pays ne vend plus autant qu’avant.

La semaine dernière, le Directeur général de la FAO, Qu Dongyu, a déclaré que les prix des denrées alimentaires, qui étaient déjà en hausse depuis le second semestre 2020, avaient atteint un niveau record en février 2022 en raison de la hausse de la demande, des coûts des intrants et du transport et des perturbations portuaires.

Donio a noté que les perturbations potentielles des activités agricoles en Russie et en Ukraine pourraient sérieusement aggraver l’insécurité alimentaire dans le monde.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.