L’Algérie libère l’ancien chef du renseignement emprisonné lors des manifestations de masse

ALGERIE (Reuters) – Une cour d’appel militaire algérienne a acquitté trois hauts responsables emprisonnés en 2019 lors de manifestations de masse samedi, ont déclaré des sources proches des responsables.

Les trois – deux anciens chefs de la sécurité et le frère cadet de l’ancien président Abdelaziz Bouteflika – ont été condamnés à 15 ans de prison en septembre 2019 pour complot contre l’État.

Leur emprisonnement a été un franc succès pour le mouvement de protestation de masse «Harak» qui est descendu dans la rue début 2019, incitant l’armée à renverser Bouteflika en avril de la même année après 20 ans au pouvoir.

Mais de nombreux membres du Hirak ont ​​déclaré que leur soulèvement n’avait pas encore atteint ses objectifs de renverser l’ancienne élite dirigeante, obligeant l’armée à quitter la politique et mettant fin à la corruption lorsque la pandémie de coronavirus a mis fin à leurs manifestations hebdomadaires en mars dernier.

Le président Abdelmadjid Tebboune, élu en décembre 2019 lors d’un vote critiqué par les manifestants comme une honte, a cherché à apaiser le mouvement en louant le mouvement comme un moment de renouveau national et l’introduction de quelques changements constitutionnels.

Mais de nombreux partisans du mouvement Hirak déficient en leadership ont rejeté ces mesures comme de simples changements cosmétiques malgré le statut de premier plan de certains prisonniers.

“Nous voulons toujours un changement radical de l’ensemble du système”, a déclaré Rashid Hamani, une figure du Hirak.

Mohamed Mediene, qui exerçait un large pouvoir en tant que chef de la sécurité secrète connu de ses compatriotes sous le surnom de Tovic, a été acquitté samedi.

READ  Le divertissement devient numérique alors que les consommateurs adoptent la nouvelle norme

La justice militaire a rejeté la théorie du complot contre Tawfiq. “C’est bien”, a déclaré une source proche de Median.

Les sources ont déclaré que son successeur moins puissant, Bashir Tartaj, ainsi que Said Bouteflika, le frère cadet de l’ancien président, avaient été acquittés, mais étaient toujours en prison dans l’attente d’accusations de corruption devant un tribunal civil.

Des dizaines d’autres personnalités proches de Bouteflika, dont des chefs d’entreprise et des fonctionnaires moins puissants, sont toujours en prison.

(Couverture de Lamine Cheikhi et Hamid Ould Ahmed, écrit par Angus McDowall, édité par Timothy Heritage)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *