L'Algérie limoge le chef de la police et arrête 11 agents de sécurité à l'aéroport d'Oran

Le directeur général de la sûreté nationale (DGSN), Farid Bencheik, chef de l'agence massive de police et de sécurité, a été licencié aujourd'hui et remplacé par un autre responsable, Ali Batawi. Benjaik est en fonction depuis le 15 mars 2021.

Bien que le président n'ait pas donné de motif pour le licenciement, la décision est intervenue moins de dix jours après qu'un immigrant sans papiers a été retrouvé coincé dans le train d'atterrissage d'un vol d'Air Algérie en provenance d'Oran, en Algérie, le 28 décembre 2024, à l'aéroport d'Orly en Algérie. France. . L'incident a soulevé des questions sur la sécurité dans les aéroports algériens, car ce n'est pas la première fois qu'un tel incident se produit dans ce qui est considéré comme une infrastructure critique en Algérie. Il est intéressant de noter que Badao, qui a été appelé pour remplacer Benjai, était le chef de la police des frontières directement responsable de la sécurité de l'aéroport, créant une confusion parmi les analystes quant aux raisons pour lesquelles il n'a pas été détaché. A la tête de plusieurs formations sécuritaires provinciales, la Brigade Style bénéficie d'un large soutien de la part de l'establishment sécuritaire en Algérie.

Pour Benzek, même si l'incident d'Air Alger a pu être le principal motif de son éviction, il subit d'intenses attaques de la part de ses opposants depuis plus d'un an. Il a été accusé de corruption. Il est accusé d'avoir fait des affaires alors qu'il était un haut responsable des forces de l'ordre en Algérie, et aurait acheté un hôtel à Paris, en France. Il est également accusé d'avoir conspiré avec son frère dans le cadre d'achats et de ventes présumés d'hôtels et de bars en France. Toutes ces allégations ont conduit de nombreuses personnes à s’inquiéter du fait qu’un haut responsable de la sécurité algérienne mène des affaires privées dans un pays étranger, avec toutes les implications pour la sécurité nationale.

READ  L'Algérie et l'Italie étendent leurs liens au-delà du pouvoir national

Dans un communiqué, la présidence a affirmé la « responsabilité directe » des policiers de l'aéroport d'Oran, et a promis des poursuites judiciaires contre un technicien d'Air Algérie directement accusé.

Lundi, un tribunal d'Oran a ordonné le placement en détention de 11 personnes, dont tous les agents de la police des frontières à l'aéroport d'Oran, dans l'attente d'une enquête sur cette affaire.

Autres articles dans ce numéro

<< La Tunisie neutralise les trafiquants d'êtres humainsRelations Maroc-Mauritanie : Les tensions montent après la mort par drone de citoyens mauritaniens >>

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *