L’Algérie refuse d’emprunter au Fonds monétaire international – Middle East Monitor

Le Premier ministre algérien Abdelaziz Jarad a déclaré hier que son pays refusait d’emprunter de l’argent au Fonds monétaire international afin de ne pas affecter sa souveraineté, Anatolie mentionné.

Le Premier ministre a déclaré que son gouvernement avait décidé de préserver les actifs financiers à travers certaines mesures à la lumière de la lutte contre Covid-19, mais il a complètement refusé de recourir au Fonds monétaire international.

Jarad a déclaré que l’Algérie subit actuellement une “pression politique” visant à contrôler son économie par certains partis qu’il n’a pas mentionnés, soulignant: “C’est totalement inacceptable”.

Il a dit que certains pays se sont effondrés après avoir emprunté à des parties extérieures, car des “structures politiques” ont été imposées à ces pays.

En 2020, la loi de finances a ouvert la porte aux emprunts internationaux pour faire face au déficit de 22 milliards de dollars qui affectait le budget en raison du coronavirus et de la baisse des prix du pétrole.

Les revenus du commerce du pétrole contribuent à 90% du budget de l’Algérie.

L’Algérie a emprunté 32 milliards de dollars dans les années 90, la forçant à adopter des mesures d’austérité, notamment la fermeture de milliers d’entreprises et le licenciement de dizaines de milliers de travailleurs.

Au milieu de la dernière décennie, l’Algérie a décidé de rembourser la plupart de ses dettes. Seuls 3 milliards de dollars restent impayés.

Parti algérien: nous allons imposer des baisses de salaire aux responsables gouvernementaux pour faire face à la crise économique

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *