L’Algérie rejette les allégations du Maroc sur les liens entre le Hezbollah et le Polisario – Middle East Monitor

Hier, le ministère algérien des Affaires étrangères a démenti les allégations de l’ambassadeur du Maroc à Genève selon lesquelles le Hezbollah libanais soutiendrait le Front Polisario.

L’envoyé spécial algérien en charge du Sahara occidental et des pays du Maghreb, Amar Blani, a dénoncé des “mensonges” et des “manipulations flagrantes” de l’ambassadeur du Maroc à Genève après ses déclarations sur la “présence de formateurs du Hezbollah dans les camps de réfugiés de Tindouf”.

Il a déclaré que ces allégations “découlaient d’un ensemble de mensonges trompeurs… causés par l’isolement du régime marocain dans les institutions internationales en raison de ses violations des droits de l’homme dans la région désertique”.

Selon le diplomate algérien, en 2018, le Maroc a rompu les relations diplomatiques avec l’Iran sous prétexte qu’il soutient le Front Polisario, prétexte pour récolter les “fruits et bénéfices des partenaires régionaux et non régionaux”.

Blani a expliqué que les allégations marocaines étaient toutes réfutées.

La réponse du responsable algérien est intervenue après que l’ambassadeur du Maroc à Genève a envoyé des lettres aux ambassadeurs de plusieurs pays affirmant qu’il y avait des preuves que “le Hezbollah soutient l’armée sahraouie dans les camps de Tindouf”.

Le Maroc est en conflit avec le groupe séparatiste soutenu par l’Algérie Polisario au sujet du Sahara occidental depuis 1975 après la fin de l’occupation espagnole. Et cela s’est transformé en une confrontation armée qui a duré jusqu’en 1991 et s’est terminée par la signature d’un accord de cessez-le-feu.

A lire : L’Algérie prépare une nouvelle loi sur les investissements pour sortir de l’économie pétrolière

Rabat insiste sur son droit de gouverner la région, mais a proposé une autonomie au Sahara occidental sous sa souveraineté, mais le Polisario souhaite un référendum pour permettre au peuple de déterminer l’avenir de la région. L’Algérie soutient la proposition du front et accueille des réfugiés de la région.

READ  La voie de la reprise: Kenosha se reconstruit après les émeutes

Le cessez-le-feu de 1991 a pris fin l’année dernière après que le Maroc a repris ses opérations militaires au terminal de Guerguerat, une zone tampon entre le territoire revendiqué par le Maroc et la République arabe sahraouie démocratique autoproclamée, ce que le Polisario a qualifié de provocation.

Brahim Ghali, chef du Front Polisario, a déclaré dans un communiqué de presse que le lancement de l’opération par le Maroc « a gravement compromis non seulement le cessez-le-feu et les accords militaires connexes, mais aussi toutes les chances de parvenir à une solution pacifique et durable à la question de la décolonisation en Occident. Sahara.” Lettre aux Nations Unies.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *