L’Algérie renforce son emprise sur l’indépendance à l’approche de l’élection présidentielle

« Tout allait bien. Le débat a été houleux, et puis soudain, les policiers ont fait irruption dans la salle et leur ont dit d’arrêter le débat », raconte l’écrivain français Dominique Martre. Elle n’oubliera jamais l’après-midi du 29 juin, où elle s’est rendue à Bejaya à Kaboul pour signer les copies. La Kabylie en partage (« Kabylie divisée »), son livre sur son expérience de professeur de français dans un village de cette partie de l’Algérie dans les années 1970. Elle a été emmenée dans un fourgon de police au poste de police de la ville, où elle a été détenue et interrogée pendant plus de quatre heures.

On dit que c’est un différend

Son éditeur algérien, Arezki Aït-Larbi, a été arrêté à la librairie accueillant l’émission, s’interrogeant sur le sens de la descente de police. Concrètement, le livre est « publié légalement aux éditions Koukou et disponible en librairie à partir de mars 2022 ». Aussi, « il y a deux jours, le même livre a été livré sans problème dans une librairie du centre d’Alger ». Les autorités n’ont fait aucun commentaire sur l’incident et les exemplaires confisqués ont été restitués à la librairie. Toutefois, des sources ont indiqué que le raid était dû à une « malentendu » sur le titre du livre, qui traitait de la Kabylie, une région connue pour s’opposer au gouvernement central.

Cet incident n’est pas isolé. Il y a deux jours, Omar Ferhat, directeur de la publication Scoop Algérie, et le rédacteur en chef du site Sofiane Ghirous ont été arrêtés. Abdelaziz Lodge, journaliste du même média, a été placé sous contrôle judiciaire. Selon le Comité national pour la libération des prisonniers, les femmes du sud du pays ont été poursuivies pour « incitation haineuse et diffusion de discours de haine » après avoir publié une vidéo dans laquelle elles se plaignaient à juste titre de « marginalisation » et d’« humiliation ». Par le Ministère de la Formation Professionnelle.

Cette décision judiciaire est inconstitutionnelle, qui précise que « les délits de presse ne seront pas punis d’emprisonnement ». L’organisation bénévole Reporters sans frontières a exigé leur libération.

En attente de « gestes tranquilles ».

Certaines voix ont condamné le durcissement de ce nouveau pouvoir, compte tenu des nombreuses lourdes peines de prison prononcées dans les années qui ont suivi la pandémie de Covid-19. Récemment, les tribunaux ont souvent imposé une surveillance judiciaire aux personnes arrêtées pour des publications sur les réseaux sociaux ou accusées d’avoir appelé à des manifestations.

A Tiaret, au sud-ouest d’Alger, la population a protesté contre le manque d’eau potable. Cependant, à deux mois de l’élection présidentielle du 7 septembre, les autorités semblent soucieuses de modérer les voix dissidentes.

Beaucoup attendent des « gestes pacifiques » le jour de l’Indépendance, le 5 juillet, lorsque le président Abdelmadjid Debon devrait annoncer sa candidature à un second mandat. Les personnes qui ont récemment rencontré Debone ont déclaré que le président était disposé à libérer certains prisonniers, notamment des journalistes. Cependant, aucune assurance publique n’a été donnée à cet égard.

READ  Les procureurs disent qu'un pompier en quête d'adrénaline a déclenché un incendie de forêt en France | France

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *