L’Algérie s’engage à aider le Mali à surmonter la crise

Le président algérien Abdelmadjid Tebboune lors d’une conférence de presse à Alger le 13 décembre 2019 (Photo de Bilal Bensalem / Nour Photo de Getty Images)
Le président algérien Abdelmadjid Tebboune lors d’une conférence de presse à Alger le 13 décembre 2019.
(Photo par Bilal Bensalem / Nour Photo de Getty Images)

Le président algérien Abdelmadjid Tebboune a affirmé aujourd’hui, dimanche, la volonté de son pays d’aider le Mali à surmonter la crise et à rétablir la paix et la réconciliation.

“Nous sommes à la disposition de nos frères au Mali pour les aider dans ce qu’ils jugent approprié pour maintenir le calme avant les prochaines élections, selon le plan qu’ils ont déjà mis en place”, a déclaré Tebboune lors d’une conférence de presse conjointe après ses entretiens. avec le Président du Mali en visite. Bah Ndaw.

De son côté, le chef de l’Etat du Mali a exprimé sa satisfaction des résultats de sa visite de travail en Algérie, déclarant: «La crise financière est difficile et compliquée, et il n’est pas possible d’en sortir sans l’aide de nos amis. . “

Il a également noté: «Nous sommes reconnaissants du soutien fort de l’Algérie, et pour cette raison, nous remercions à la fois le gouvernement algérien et le peuple pour leur solidarité avec le Mali pendant ces moments».

L’Algérie participe depuis 1991 aux efforts internationaux visant à rétablir la paix et à régler la crise financière au Mali. Il préside également le Comité de suivi de l’Accord de paix et de réconciliation au Mali.

Plus tôt en mars, Tebboune a démenti les informations selon lesquelles le pays d’Afrique du Nord était prêt à envoyer des troupes au Mali pour participer à des opérations de maintien de la paix dans ce pays.

Il a dit: “Nous maintiendrons notre expansion en Afrique et au-delà, mais nous n’enverrons pas nos soldats au Mali.”

READ  Le thriller psychologique cannois "John and the Hole" conclut de nouveaux contrats majeurs, notamment en France et en Allemagne (exclusif)

Ndau a entamé samedi une visite en Algérie pour discuter des moyens de renforcer les relations «au service des intérêts communs», selon un communiqué publié par le bureau du président algérien.