L’Algérie traverse une crise de liquidité avec l’effondrement du dinar

Les files de salariés des bureaux de poste algériens en attente de recevoir leurs salaires s’allongent alors que le pays souffre d’une crise de liquidité accompagnée d’une forte inflation qui a affecté le pouvoir d’achat des citoyens.

Les mesures cosmétiques mises en place par le gouvernement n’ont pas anticipé la crise de liquidité dans le pays où le système bancaire est considéré comme l’un des moins développés du continent africain.

La liquidité a toujours été un problème dans l’économie algérienne dominée par les liquidités, mais les bas prix du pétrole et l’épidémie ont provoqué un ralentissement économique et affecté la circulation des liquidités.

Alors que le pays est aux prises avec une inflation élevée, due en partie à l’impression de liquidités dans le passé et à la dévaluation du dinar, la colère monte alors que les gens ne reçoivent pas leurs salaires.

Les sentiments d’anxiété et de panique alimentent les récentes manifestations pro-démocratie appelant à une coupe nette avec l’élite militaire au pouvoir.

Depuis la fin de l’ère du pétrole cher en 2014, le dinar algérien a subi une forte baisse, et s’échange désormais pour 200 dinars pour un euro sur le marché noir.

De 200 milliards de dollars de réserves de change il y a quelques années, l’Algérie a maintenant moins de 40 milliards de dollars et devrait l’épuiser d’ici deux ans et être obligée de demander des prêts.

Mais en l’absence de réformes et de 95% des exportations de pétrole et de gaz, l’Algérie est susceptible de recevoir des prêts coûteux qui affecteront son budget.

READ  Les accords Eni et SONATRACH concernent les domaines de l'exploration et de la production, de la recherche et développement, de la décarbonisation et de la formation

L’État a évité les réformes pour diversifier son économie et a maintenu une politique de subventions généreuses, qui est la clé pour acheter la paix sociale.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *