L’Algérie veut mettre fin à ses contrats avec des entreprises liées à des “ groupes de pression hostiles ”

Le gouvernement algérien examine tous les contrats et accords entre les entreprises du secteur public et les partenaires étrangers conclus ces dernières années pour déterminer s’ils sont en conflit avec les politiques et les intérêts de l’État.

La présidence a annulé tous les accords économiques et commerciaux avec des lobbyistes qu’elle jugeait “anti-algériens”.

Une source gouvernementale a déclaré à Asharq Al-Awsat que la décision avait créé un certain nombre de problèmes pour de nombreuses entreprises, d’autant plus qu’elle pourrait en pousser certaines à mettre fin aux accords conclus avec des entreprises étrangères et des groupes économiques appartenant à des pays dont les relations avec l’Algérie se sont dégradées.

La source a averti que la résiliation des contrats aura un impact financier important qui nuira à l’économie en difficulté.

Le président Abdel Majid Tebboune a informé le Premier ministre Abdulaziz Jarad qu’il avait reçu de nombreux rapports faisant état de l’implication d’un certain nombre de secteurs économiques publics et privés dans des relations contractuelles avec des parties étrangères, quels que soient les intérêts stratégiques économiques et nationaux.

Le président a accusé la CAAR et la SAA d’avoir signé des accords avec leurs homologues marocains.

Il a également cité une société de téléphonie mobile, Djezzy, qui avait diffusé ses publicités à des entreprises proches de lobbyistes étrangers «hostiles» à l’Algérie. Il n’a pas élaboré.

Les relations algéro-marocaines ont été rompues depuis 1994 à la suite du différend sur le conflit du Sahara.

Les trois sociétés ont conclu des contrats controversés à l’époque de l’ancien président Abdelaziz Bouteflika (1999-2019).

READ  Focus sur les enjeux verts sur le continent africain et en Europe.

Les “instructions” de Tebboune, qui ont été divulguées dimanche 23 avril, ont été émises lorsque le président a confirmé que les contrats avaient été conclus sans consultation préalable, soulignant qu’ils “mettent inévitablement des données sensibles à la disposition d’entités étrangères, ce qui porterait préjudice à des intérêts vitaux. et la sécurité nationale. “. . “

Le président a ordonné aux entreprises de mettre fin à leurs contrats avec des entreprises et entités étrangères dans les 10 jours afin de mettre un terme à l’épuisement des devises fortes, et les a exhortées à être plus responsables et prudentes dans leurs relations avec les partenaires étrangers.

Le président a également chargé le ministre des Finances d’empêcher le transfert des bénéfices de ces contrats à l’étranger, ajoutant qu’ils devaient être résiliés en une seule fois.

Il a averti que tout manquement au respect de ces instructions serait considéré comme «une trahison et une collusion».

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *