L’Allemagne coopère pour produire de l’hydrogène vert en Algérie et l’exporter vers l’Europe

Les responsables allemands et algériens ont signé hier une déclaration d'intention de coopérer dans le domaine de l'hydrogène vert, en se concentrant sur le soutien aux infrastructures pour la production à grande échelle en Algérie et l'exportation vers l'Europe.

Dans le cadre de cet accord, le gouvernement allemand financera 20 millions d’euros (21,5 millions de dollars) pour construire une usine pilote d’hydrogène vert de 50 MW par la compagnie pétrolière nationale Sonatrac dans la ville algérienne d’Arze.

« L'Allemagne et l'Algérie entretiennent un partenariat énergétique étroit depuis 2015 », a déclaré Robert Habeck, vice-chancelier et ministre allemand de l'économie et de l'action climatique. « Nous voulons maintenant étendre cela et encourager l'Algérie à produire davantage d'hydrogène vert à l'avenir, à investir davantage dans l'énergie solaire et éolienne et ainsi à créer une nouvelle valeur. »

Il a ajouté : « Nous souhaitons vous soutenir avec nos connaissances et notre expertise technique. L’Allemagne et l’Union européenne sont en passe de devenir des acheteurs potentiels d’hydrogène vert. Il s’agit désormais de créer les conditions techniques et économiques nécessaires à l’approvisionnement en hydrogène entre l’Algérie et l’Europe.

L'Algérie est déjà l'un des plus grands exportateurs mondiaux de gaz naturel, avec des gazoducs acheminant le combustible fossile vers l'Italie et l'Espagne. La feuille de route nationale de l'hydrogène du pays d'Afrique du Nord, publiée en mars 2023, vise à viser une part de 10 % de l'hydrogène européen et à confirmer son statut actuel.2 À livrer d’ici 2040.

L'Italie est déjà en train d'étendre sa connexion gazière avec l'Algérie, avec l'intention de fournir de l'hydrogène via de nouveaux gazoducs à travers la Tunisie dans le cadre du « corridor européen SouthH2 » d'ici 2030.

READ  La France s'est appuyée sur Ntamack pour l'arbitre 6N

Les gazoducs d'hydrogène reliant l'Italie à l'Autriche et à l'Allemagne ont déjà été inclus dans la liste du sixième programme social de la Commission européenne, qui, s'il était approuvé, accélérerait l'obtention des permis et ouvrirait la voie à un financement potentiel.

Le corridor SouthH2 sera capable de transporter quatre millions de tonnes de H2 par an, soit 40 % de l'objectif européen d'importer dix millions de tonnes d'hydrogène d'ici 2030.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *