L’ancien chef du Parti islamique a critiqué la position du pays sur le Sahara

Sur la question du Sahara occidental, les langues se délient peu à peu en Algérie. Cela se reflète dans les articles rédigés par Abdarrazak Makri, ancien chef de la Communauté pour la paix, un parti islamiste algérien créé par le gouvernement au début des années 1990 pour contrer l’influence et la popularité du Front islamique du salut (FIS).

Macri confirme que le soutien de l’administration Biden au plan d’autonomie marocain n’a pas changé, contrairement aux analyses non officielles qui saluaient un prétendu accord entre les parties américaine et algérienne sur l’impératif d’accorder « l’autodétermination au peuple sahraoui ». L’homme politique justifie sa position en faisant référence à un entretien réalisé par les médias algériens avec le sous-secrétaire adjoint pour l’Afrique du Nord, Joshua Harris.

« Les Etats-Unis considèrent la proposition d’autonomie du Maroc comme sérieuse, crédible et réaliste et comme une approche viable pour répondre aux aspirations du peuple du Sahara occidental », a déclaré Harris aux médias algériens lors d’une visite en Algérie la semaine dernière.

Makri a déploré « le manque de débat national sur des questions importantes comme celle-ci (le Sahara occidental) », citant un diplomate américain. « Les Algériens entendent sans cesse les mêmes idées dans les médias », a-t-il soutenu.

La position officielle de l’Algérie sur la question du Sahara «réexaminée»

Après avoir affirmé le soutien américain à l’initiative marocaine d’autonomie, l’ancien chef de la Communauté pour la paix a mis en cause l’inaction du gouvernement algérien sur ce dossier.

« Y a-t-il quelque chose de nouveau dans l’approche algérienne sur la question du Sahara occidental ? Les autorités algériennes céderont-elles à la pression ou à la tentation américaine ? Existe-t-il une solution qui garantisse la poursuite de l’approche marocaine avec quelques concessions à l’Algérie ? », a-t-il demandé.

READ  CAN 2023 : Algérie 2-2 Burkina Faso

« La question du Sahara doit être ouverte au débat social, afin que les solutions soient algéro-maghrébines, sans céder aux pressions ou incitations étrangères, sans calculs autoritaires ni intérêts personnels ou sectoriels », a déclaré Abdelrazak Makri.

Au-delà des calculs politiques qui ont poussé Macri à critiquer ouvertement la position officielle de l’Algérie sur la question du Sahara, cette démarche est considérée comme encore plus audacieuse face à une position consensuelle imposée par le régime algérien depuis près de cinq décennies. Et cette décision émane d’un homme politique considéré comme proche du régime algérien, ce qui lui a permis de diriger le parti de 2017 à mars 2023.

La position de Macri n’est pas sans rappeler les propos tenus en novembre 2015 par Amar Saidani, secrétaire général du Front de libération nationale (FLN) et proche du président Abdelaziz Bouteflika. Saïdani a appelé à un « réexamen » de la politique algérienne sur la question du Sahara, mais n’a pas insisté sur le sujet.

Il a ajouté : « Je ne veux pas créer de problèmes, mais un jour viendra où je dirai ce que je pense du Sahara occidental (…), mais pas maintenant. Mon avis ne plaira pas à tout le monde et je ne veux pas causer des problèmes. Si je parle, je risque de provoquer des manifestations dans les rues d’Algérie. »

Contrairement à Macri, Saidani a osé exprimer son opinion alors qu’il dirigeait le FLN au pouvoir.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *