L’ancien ministre algérien emprisonné six ans pour corruption

Un tribunal algérien a condamné jeudi une ancienne ministre de la culture et militante féministe à six ans de prison pour corruption.

Les allégations contre Toumi portaient principalement sur des événements culturels organisés par le gouvernement [Getty- archive]

Un tribunal algérien a condamné jeudi l’ancienne ministre de la Culture et féministe Khaleda Doomi à six ans de prison pour corruption. abdos La société a déclaré.

Tommy, 64 ans, qui est en détention depuis novembre 2020, a été accusé de détournement de fonds publics, d’abus de pouvoir et de concessions inutiles.

Allégations contre celui qui a été ministre de la culture pendant 12 ans sous feu le président Abdelaziz Boutfilika.

Les accusations portées contre Doomi étaient principalement centrées sur des événements culturels organisés par l’État, et les procureurs ont demandé au tribunal de le condamner à 10 ans de prison. Toumi était une figure clé du mouvement féministe algérien des années 1990.

Les autres accusés dans le même procès ont été emprisonnés pendant deux à quatre ans.

Powdfilica a été contraint de démissionner en 2019 au milieu de protestations généralisées contre son cinquième mandat, et plusieurs personnalités clés de son entourage ont été emprisonnées pour corruption.

L’Algérie se classe 117e sur 180 pays dans l’indice de renseignement sur la corruption de Transparency International.

READ  La victoire de la France souligne la domination du top 14 en Europe

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.