L’Association des hommes d’affaires qatari et la Chambre algérienne lancent le Conseil d’affaires conjoint qataro-algérien

L’Association des hommes d’affaires qatari a tenu une réunion virtuelle avec la Chambre de commerce et d’industrie algérienne pour inaugurer le Conseil d’affaires conjoint qatari-algérien.
La réunion a été suivie par le ministre du Commerce et de l’Industrie Ali bin Ahmed Al-Kuwari, le ministre algérien du Commerce Kamal Al-Razek, l’ambassadeur d’Algérie au Qatar, le Dr Mustafa Battoura, et son homologue qatari, l’Ambassadeur Hassan bin Ibrahim Al- Maliki.

Son Excellence Cheikh Faisal bin Qassim Al Thani, Président de l’Association des hommes d’affaires du Qatar, participe à la réunion virtuelle

Le Conseil des entreprises est présidé par SE Cheikh Faisal bin Qasim Al Thani, président de l’Association des hommes d’affaires qatari, représentant la partie qatarie et du côté algérien, Kamal Mola, président du Conseil des entreprises.
La réunion s’inscrivait dans le cadre des efforts de l’Association des hommes d’affaires du Qatar pour communiquer avec des institutions économiques similaires à travers le monde pour discuter des opportunités de coopération économique pendant la crise mondiale actuelle, pour consolider les relations pour en apprendre davantage sur les expériences mondiales et en tirer profit, et pour discuter des propositions proposées. solutions pour soutenir les entreprises du secteur privé. Et les institutions.


Une capture d’écran des participants à la réunion

Parmi les autres participants à la réunion figuraient les membres du conseil d’administration de l’ABQ Sheikh Nawaf bin Nasser al-Thani et Saud bin Omar al-Mana, ainsi que les membres de l’ABQ Nasser Sulaiman al-Haidar, Nabil Abu Issa, Cheikh Faisal bin Fahad al-Thani, Abdullah al- Kubaisi, Ramez al-Khayyat, Maqbool Habib Khalfan, Ihsan al-Khayimi.
Le représentant de la Qatar Chamber, Saeed Ibrahim Bougharbia, PDG par intérim de Qatar General Insurance and Renaissance Company, et Sarah Abdullah, directrice générale adjointe de l’Association des hommes d’affaires du Qatar, ont également participé à l’événement virtuel.
Au cours de la rencontre, Al-Kuwari a mis en lumière les relations étroites entre les deux pays, citant la “visite historique” effectuée par Son Altesse Cheikh Tamim bin Hamad Al Thani, émir du pays, en Algérie en février 2020, qui a contribué à la consolidation de la coopération entre les deux pays. Deux pays à tous les niveaux, notamment dans l’économie et dans les investissements.
Le ministre a expliqué que le volume des échanges commerciaux entre le Qatar et l’Algérie en 2020 s’élevait à 36,13 millions de dollars. Al-Kouari a déclaré que la coopération en matière d’investissement avait connu “de grands progrès” après la création de la Société sidérurgique algéro-qatari en Algérie.
Il a souligné qu’il s’agissait de l’une des coentreprises les plus importantes de la région, car sa valeur d’investissement dépassait 2 milliards de dollars. Al-Kouari a déclaré que le Qatar est l’un des plus gros investisseurs en Algérie, avec un taux de 74,31% sur les investissements étrangers.
Dans son discours, il a salué les mesures positives prises par l’Algérie pour mettre en place une politique de développement durable, attirer les investissements étrangers et développer l’esprit d’entreprise en modifiant et en introduisant un ensemble de lois et de législations qui soutiendraient et réglementeraient les activités économiques nationales, qui étaient représentées dans le développement conformément aux normes internationales.
Il a déclaré: L’État du Qatar est le onzième partenaire arabe de l’Algérie, car le volume des échanges commerciaux entre les deux pays au cours des cinq dernières années a atteint 344,8 millions de dollars, tandis que la part des exportations algériennes s’est stabilisée à 25,75 millions de dollars. Les importations algériennes au cours de la même période se sont élevées à 319,05 millions de dollars.
Boutoura a déclaré que la réunion et le lancement du Business Council représentaient “une étape majeure dans le renforcement des relations bilatérales entre les deux pays en offrant des opportunités de coopération et de partenariat”.
Al-Maliki a souligné la nécessité de créer une plate-forme pour échanger des points de vue et discuter des opportunités d’investissement dans les deux pays afin de se soutenir mutuellement pour surmonter les effets de la crise mondiale.
Dans son discours, Cheikh Faisal a déclaré que le lancement du Business Council est une “étape importante” dans le renforcement des relations qataro-algériennes, la réalisation d’une plus grande coopération économique et commerciale et l’amélioration des investissements mutuels entre les deux pays.
Cheikh Faisal a déclaré: << Aujourd'hui, nous sommes confrontés à une crise mondiale qui nécessite une coopération sérieuse entre les institutions du secteur privé et les hommes d'affaires du monde entier pour soutenir les efforts de nos pays pour surmonter ses répercussions. Au Qatar, nous apprécions nos partenaires économiques du monde entier, et nous considérons l'Algérie comme un marché plein d'opportunités d'investissement dans divers secteurs. ".
Il a ajouté: «Nous assistons également à une ouverture économique majeure soutenue par des incitations à l’investissement attrayantes fournies par l’État aux investisseurs étrangers, comme la nouvelle loi sur l’investissement qui permet une participation à 100% dans la plupart des secteurs économiques, en plus d’éléments logistiques tels que l’unique fenêtre, zones franches, aéroport international Hamad et port Hamad.
Par conséquent, nous invitons les investisseurs algériens à profiter des opportunités d’investissement prometteuses offertes par l’économie qatarie et à travailler côte à côte pour atteindre des intérêts économiques communs.
Mola a souligné que “l’union a de la force” et a exprimé l’intérêt de l’Algérie à renforcer la coopération avec le Qatar dans tous les domaines, d’autant plus que les deux pays ont des relations distinguées et des plans communs, tels que la diversification économique.
Il a déclaré que les entreprises algériennes sont “fortes, compétitives et disposent de nombreuses capacités qui leur permettent d’accéder à de grands marchés”. Mola a également parlé des efforts de l’Algérie pour développer son climat d’investissement, attirer les investisseurs étrangers et se concentrer sur les opportunités de coopération bilatérale, telles que l’industrie, le tourisme, l’agriculture et les industries alimentaires.
Les entreprises algériennes et qataries participantes ont présenté les secteurs qu’elles représentaient, tels que l’alimentation, l’agriculture, le tourisme, les transports, la sous-traitance, l’importation et l’exportation, les cosmétiques, l’hôtellerie, le commerce de détail, les services bancaires et financiers.
Ils ont également discuté de la possibilité d’échanger des informations sur les projets et les opportunités d’investissement possibles. L’Agence nationale algérienne pour le développement des investissements a fait une brève présentation sur les opportunités d’investissement dans l’agriculture, les produits pharmaceutiques, le tourisme, les énergies renouvelables et les technologies de la communication.
Chebab Tayeb, vice-président de la Chambre algérienne, a souligné la nécessité de créer des routes aériennes et de navigation pour augmenter le trafic commercial. Il a souligné que le lancement du Joint Business Council “est une affirmation de liens forts et de solidarité pour surmonter ensemble la crise”.

READ  Crise des mères qui travaillent et ce que les employeurs peuvent faire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *