L’assouplissement des restrictions COVID à partir de la mi-avril est aux yeux de la France

PARIS (Reuters) – La France se prépare à assouplir le contrôle du virus corona à partir de la mi-avril pour accélérer sa campagne anti-épidémique, a déclaré mercredi le porte-parole du gouvernement Gabriel Attal.

Photo d’archive: 28 février 2021 Des personnes traversent la Seine au milieu d’une épidémie de maladie à virus corona (COVID-19) à Paris, en France. REUTERS / Benoit Tessier

“Nous allons faire face à des temps plus difficiles, c’est vrai, mais pour la première fois depuis des mois, un retour à des conditions de vie normales est en vue”, a déclaré Atal à la presse à l’issue d’une réunion du cabinet français.

“Ce n’est pas un horizon lointain ou incertain – c’est un horizon, il approche. Nous espérons que ce sera à partir de la mi-avril et nous nous préparons pour cela”, a-t-il dit.

“Le président (Emmanuel Macron) nous a demandé de présenter des plans qui permettront au pays de rouvrir avec prudence dans les plus brefs délais.”

Plus tôt cette semaine, le ministre de la Santé, Oliver Warren, a déclaré que la France maintiendrait ses mesures actuelles visant à freiner la propagation du Covit-19 pendant au moins quatre à six semaines, y compris un couvre-feu nocturne.

La fermeture des bars, des restaurants, des musées, des salles de sport et de musique sont d’autres activités désormais pratiquées.

Le Premier ministre Jean Costex tiendra une conférence de presse jeudi pour faire le point sur la situation sanitaire dans le pays.

Il a déclaré qu’un nouveau lock-out n’était pas à l’ordre du jour la semaine dernière, mais cette semaine, le gouvernement examinera si des écluses locales le week-end sont nécessaires dans 20 zones présentant les taux d’infection les plus élevés, y compris Paris et ses environs.

READ  Trois autres églises fermées en Algérie, mais les chrétiens n'ont pas "peur", Evangelical Focus

La France a annoncé mardi 22 857 nouveaux cas confirmés de COVID-19, contre 4 703 lundi et 19 952 dimanche, confirmant la nouvelle tendance à la hausse de la maladie.

Atal a déclaré que la situation était “préoccupante”, mais que l’augmentation n’était “pas exponentielle”.

La France se classe sixième dans le monde, avec 3,783 millions de cas signalés depuis l’épidémie d’il y a un an. Son bilan est de 87 220 morts, le septième le plus élevé au monde.

Rapport Dominic Vitalon; Compilé par Hugh Lawson et Mark Heinrich

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *