L’Azerbaïdjan va évacuer son ambassade en Iran dimanche après une fusillade mortelle

BAKOU (Reuters) – L’Azerbaïdjan évacuera dimanche le personnel de son ambassade et les membres de leurs familles d’Iran, deux jours après qu’un agent de sécurité a été abattu et deux autres blessés dans ce que Bakou a qualifié d' »émeute ». terrorisme. »

La police de Téhéran a déclaré avoir arrêté un suspect et les autorités iraniennes ont condamné l’incident de vendredi, mais ont déclaré que le tireur semblait avoir un motif personnel plutôt que politique.

L’incident est survenu dans un contexte de tensions croissantes entre pays voisins concernant le traitement réservé par l’Iran à sa grande minorité azerbaïdjanaise et la décision de l’Azerbaïdjan ce mois-ci de nommer son premier ambassadeur en Israël.

Après l’attaque, le ministère azerbaïdjanais des Affaires étrangères a déclaré qu’il avait convoqué l’ambassadeur d’Iran à Bakou pour demander justice et qu’il évacuerait le personnel de l’ambassade de Téhéran. Il n’a donné aucun autre détail, y compris si l’ambassade continuerait à fonctionner.

Plus tôt, le ministère a déclaré que la fusillade était le résultat du fait que Téhéran n’avait pas répondu à ses appels à l’amélioration de la sécurité.

Des images télévisées, obtenues par Reuters, montrent l’agresseur pénétrant dans le bâtiment de l’ambassade et tirant sur deux hommes avant qu’un troisième employé de l’ambassade ne le heurte.

Un homme aux cheveux gris identifié comme l’agresseur a ensuite été montré à la télévision d’État iranienne disant qu’il avait agi pour obtenir la libération de sa femme azerbaïdjanaise, qui serait détenue à l’ambassade.

Une jeune femme identifiée comme la fille de l’homme a déclaré que sa mère se trouvait en Azerbaïdjan.

READ  Les nouveaux cas de coronavirus dans le comté de Los Angeles sont passés à près de 10 000

Les médias officiels ont déclaré que le président iranien Ebrahim Raisi avait appelé à une « enquête approfondie » sur l’incident et avait adressé ses condoléances à l’Azerbaïdjan et à la famille du défunt.

Reportage de Nailia Bagirova; Écrit par Vladimir Soldatkin; Montage par Mark Heinrich

Nos normes : Principes de confiance de Thomson Reuters.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *