Le Canada défie alors Facebook de payer pour les nouvelles – East Bay Times

Par David Ljunggren | Reuters

Ottawa – Le Canada s’est engagé jeudi à faire payer Facebook Inc pour le contenu des nouvelles, cherche des alliés dans la bataille médiatique avec les géants de la technologie et s’engage à ne pas reculer si la plate-forme de médias sociaux ferme les nouvelles du pays comme elle l’a fait en Australie.

Facebook a interdit tout contenu d’actualités australien sur son service en raison d’un projet de loi obligeant Alphabet Inc à payer aux éditeurs australiens des frais pour les liens d’actualité.

Le ministre du Patrimoine canadien, Stephen Gilbault, qui est chargé de rédiger une loi similaire qui sera dévoilée dans les prochains mois, a condamné l’action de Facebook et a déclaré qu’elle ne dissuaderait pas Ottawa.

“Le Canada est à l’avant-garde de cette bataille … nous sommes vraiment parmi les premiers pays du monde à le faire”, a-t-il déclaré aux journalistes.

L’année dernière, les organisations médiatiques canadiennes ont mis en garde contre une éventuelle défaillance du marché sans intervention du gouvernement. Ils ont déclaré que l’approche australienne permettrait aux éditeurs de récupérer 620 millions de dollars canadiens par an. Sans action, ont-ils averti, le Canada perdrait 700 emplois dans la presse écrite sur un total de 3 100.

Guilbeault a déclaré que le Canada pourrait adopter le modèle australien, qui oblige Facebook et Google à conclure des accords pour payer les médias dont les liens mènent à une activité sur leurs services, ou à s’entendre sur un prix par arbitrage exécutoire.

Une autre option est de suivre l’exemple de la France, qui oblige les grandes plates-formes technologiques à ouvrir des discussions avec des éditeurs cherchant une redevance pour utiliser des contenus d’actualité.

READ  L'Olympique algérien a été suspendu pour ne pas avoir participé avec un athlète israélien

“Nous travaillons pour déterminer quel modèle serait le plus approprié”, a-t-il déclaré, ajoutant que la semaine dernière, il avait parlé à ses homologues français, australien, allemand et finlandais de la collaboration pour assurer une compensation équitable du contenu Web.

“Je pense que bientôt cinq, 10 ou 15 pays adopteront des règles similaires … Facebook coupera-t-il les liens avec l’Allemagne et la France?” Il a demandé, disant que l’approche de Facebook deviendrait à un moment donné “complètement insoutenable”.

Megan Boller, professeure à l’Université de Toronto spécialisée dans les médias sociaux, a déclaré que l’action de Facebook marquait un tournant qui nécessitait une approche internationale commune.

“Nous pouvons effectivement voir une alliance, un front uni contre ce monopole, qui pourrait être très puissant”, a-t-elle déclaré lors d’un entretien téléphonique.

Cette semaine, Facebook a déclaré que les actualités représentaient moins de 4% du contenu que les gens voient sur la plate-forme, mais a confirmé qu’elles avaient aidé les éditeurs australiens à générer environ 407 millions de dollars australiens l’année dernière.

Google a signé 500 accords d’une valeur d’environ 1 milliard de dollars sur trois ans avec des éditeurs du monde entier pour le nouveau service News Showcase et est en pourparlers avec des entreprises canadiennes.

Guilbeault a déclaré que Google serait toujours soumis à la nouvelle loi canadienne, car Ottawa souhaitait une approche juste, transparente et prévisible.

“Qu’est-ce que je dis que Google – demain, six mois plus tard, dans un an – n’a pas changé d’avis et dit qu’il ne veut plus faire ça?” il a dit.

La porte-parole de Google Canada, Lauren Skelly, a refusé de commenter les commentaires de Gillbolt, affirmant que la société ne connaissait pas les détails de la législation.

READ  Santiago Ribeiro a maintenant ouvert la plus grande galerie surréaliste du monde, la galerie vidéo italienne et Matos

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *