Le Canada évite la récession Avec une croissance anémique au quatrième trimestre, les consommateurs et les entreprises en pâtissent

OTTAWA — L'économie canadienne continue de résister aux craintes de récession, affichant une croissance modeste au quatrième trimestre malgré l'impact de la hausse des taux d'intérêt sur les consommateurs et les entreprises.

OTTAWA — L'économie canadienne continue de résister aux craintes de récession, affichant une croissance modeste au quatrième trimestre malgré l'impact de la hausse des taux d'intérêt sur les consommateurs et les entreprises.

Le produit intérieur brut réel a augmenté à un taux annuel de 1 pour cent au cours des trois derniers mois de l'année, dépassant les attentes des économistes et les prévisions de la Banque du Canada pour ce trimestre, a rapporté jeudi Statistique Canada.

Cette augmentation intervient après une baisse de 0,5 pour cent au troisième trimestre.

Cependant, le PIB réel par habitant a continué de baisser au quatrième trimestre, ce qui indique que l'économie n'est pas aussi bonne qu'il y paraît à première vue.

« Nous vivons toujours dans un monde de taux d'intérêt en hausse, où les Canadiens et les entreprises canadiennes sont confrontés à des contraintes. Par conséquent, nous sommes essentiellement dans une période de croissance lente en ce moment, tant que les taux d'intérêt restent élevés », a déclaré James. Orlando, directeur de l'économie chez TD.

La croissance au quatrième trimestre a été tirée par la hausse des exportations, tandis que les investissements dans le logement et les entreprises ont diminué.

En dehors de 2020, la croissance économique de l’année dernière a été la plus lente depuis 2016, a déclaré Statistique Canada.

En décembre, le PIB réel est resté stable alors que les industries productrices de biens se sont contractées et qu'une grève des travailleurs du secteur public au Québec a pesé sur la croissance.

READ  Le Canada affirme avoir refusé l'accès au procès d'un homme d'affaires canado-chinois | Affaires et économie

Douglas Porter, économiste en chef chez BMO, a déclaré que l'économie « avance », aidée par les fortes tendances en matière de dépenses aux États-Unis, qui ont stimulé les exportations canadiennes.

L'économie américaine a connu une forte croissance annuelle de 3,2% sur la période octobre-décembre, portée par des dépenses de consommation saines, a rapporté mercredi le département américain du Commerce.

« Il ne fait aucun doute que la croissance est néanmoins faible, surtout lorsqu'elle est calculée en termes par habitant », a déclaré Porter dans une note adressée à ses clients, ajoutant que le PIB réel par habitant était en baisse de plus de 2 pour cent par rapport à l'année dernière.

Les taux d'intérêt élevés ont affecté les finances des Canadiens, la Banque du Canada maintenant son taux d'intérêt directeur à 5 pour cent, son plus haut niveau depuis 2001.

Les ménages continuent de renouveler leurs prêts hypothécaires à des taux plus élevés, ce qui entraîne une baisse des dépenses de consommation et un ralentissement des ventes d'entreprises.

Bien que les dépenses de consommation aient augmenté au cours du trimestre, elles ont continué à diminuer par habitant alors que le pays connaît une forte croissance démographique, indique jeudi le rapport.

Les estimations préliminaires de Statistique Canada pour janvier indiquaient que le PIB réel avait augmenté de 0,4 pour cent au cours du premier mois de 2024.

Orlando a déclaré qu'il prenait cette estimation avec prudence puisque les premiers chiffres seraient révisés.

De plus, les données internes de la TD suggèrent que les consommateurs freinent leurs dépenses.

La Banque du Canada a augmenté les coûts d'emprunt dans le but de ralentir une surchauffe économique qu'elle impute à une hausse historique des prix.

READ  Soutenir les petites entreprises alors que l'économie se redresse

L'économie étant désormais dans un état « d'offre excédentaire » – où la demande est en retard par rapport à l'offre de biens et de services – Orlando a déclaré que l'inflation devrait continuer à baisser.

« Je pense que tout est en place pour que l'inflation continue de ralentir », a-t-il déclaré.

La Banque du Canada a indiqué que sa prochaine mesure consisterait probablement à réduire les taux d'intérêt, à mesure que l'inflation diminue et que la hausse des taux d'intérêt freine la croissance économique.

Le taux d'inflation annuel du Canada est tombé à 2,9 pour cent en janvier dans un contexte de ralentissement généralisé de la croissance des prix.

La plupart des économistes s'attendent à ce que la banque centrale commence à réduire son taux d'intérêt directeur vers le milieu de l'année, mais une économie plus forte que prévu pourrait réduire l'urgence d'une action de la banque centrale prochainement.

« Cela ne change pas grand-chose pour la Banque du Canada, car les conditions ne semblent pas se détériorer, il n'est donc pas urgent de réduire les taux d'intérêt », a déclaré Porter. « Avec une croissance encore bien inférieure à son potentiel, les pressions déflationnistes persisteront, mais il faudra faire preuve de patience. »

La Banque du Canada devrait annoncer sa prochaine décision sur les taux d'intérêt le 6 mars.

Ce rapport de La Presse Canadienne a été publié pour la première fois le 29 février 2024.

—Avec des fichiers de The Associated Press.

Nujoud Al-Malis, La Presse Canadienne

READ  Les entreprises américaines ont un message à la Fed sur l'inflation

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *