Le CDC dit que vous devriez porter un masque en voyage – pour le monkeypox

Un technicien de laboratoire médical affiche un échantillon de test d'une personne soupçonnée d'avoir le monkeypox.

Un technicien de laboratoire médical affiche un échantillon de test d’une personne soupçonnée d’avoir le monkeypox.
image: Pablo Blazquez Dominguez (Getty Images)

Les Centers for Disease Control and Prevention renforcent leurs conseils sur variole du singe. Alors que le risque de monkeypox est toujours considéré comme faible pour le grand public, l’agence avertit désormais les gens de prendre des précautions supplémentaires lorsqu’ils voyagent. Ces précautions consistent notamment à éviter tout contact avec des personnes manifestement malades ainsi qu’à porter un masque.

Le CDC a changé de langage au cours du week-end. En tant que tel Charnière Dans son avis de voyage pour la variole du singe, elle considère désormais la situation comme une alerte de niveau 2, qui nécessite des précautions renforcées. Le niveau le plus élevé est 3, ce qui ne recommande aucun voyage non essentiel dans les zones touchées.

On pense que les rongeurs sont le foyer de la variole du singe et, jusqu’à récemment, ils ne provoquaient des épidémies chez l’homme que dans certaines régions d’Afrique où il pourrait être endémique. Cette année, cependant, il y a eu environ 1 000 cas Confirmé ou suspectDocteur dans plus de vingt Des pays, dont les États-Unis. Beaucoup de ces cas n’avaient aucun antécédent de voyage récent en Afrique, ce qui indique que le virus se propage localement entre les personnes.

Le CDC avertit désormais les voyageurs d’éviter un suivi étroitManipulation des patients, en particulier ceux présentant des lésions cutanées ou génitales – le symptôme le plus caractéristique du monkeypox, avec une maladie de type grippal. Les gens devraient également éviter tout contact avec des animaux morts ou sauvages, y compris les rongeurs ; Ils devraient éviter de manger de la soi-disant viande de brousse ou des produits fabriqués à partir d’animaux sauvages en Afrique ; Ils doivent éviter de toucher ou de partager des objets susceptibles d’être contaminés par des personnes infectées, tels que des draps de lit. Enfin, le CDC recommande désormais aux voyageurs de porter un masque, notant que « le port d’un masque peut aider à vous protéger contre de nombreuses maladies, dont la variole du singe ».

Les premières enquêtes ont révélé que de nombreuses personnes touchées pouvaient l’avoir contracté pendant les rapports sexuels, bien que le mécanisme de transmission exact ne soit pas encore clair. Il peut se propager par exemple par contact étroit avec l’éruption cutanée d’une personne infectée, mais il est théoriquement possible de se propager également par le sperme infecté. Plusieurs éclosions de la maladie ont été liées à des hommes ayant des rapports sexuels avec des hommes, mais le risque de transmission sexuelle ne se limite pas à ces personnes. Bien que le contact étroit soit la voie de transmission supposée dans la plupart des cas, des études en laboratoire ont indiqué que le virus peut se propager par des gouttelettes ou poussière atmosphérique comme ça.

Last week, new evidence est apparu Cela indique que le virus circulait en dehors de l’Afrique depuis un certain temps avant que ces récentes épidémies ne soient remarquées. Alors que les efforts se poursuivent pour suivre les épidémies et limiter leur propagation, les experts ont averti qu’il pourrait ne pas être possible d’empêcher le virus de s’établir dans de nouvelles parties du monde. Dans le même temps, le monkeypox est beaucoup moins contagieux que le COVID-19, l’autre maladie plus récente qui nécessite des précautions de voyage généralisées, et il existe des vaccins et des traitements efficaces pour cela.

Pour ceux qui se demandent, le CDC continue conseils Les voyageurs doivent observer des précautions – y compris le port de masques – lorsqu’ils voyagent dans des pays où les niveaux de transmission de coronavirus sont modérés à élevés.

READ  Découverte de nouvelles espèces de bactéries sur la station spatiale - elles pourraient avoir des "déterminants génétiques biotechnologiquement utiles" pour la culture des cultures

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.