Le CPJ exhorte les autorités algériennes à libérer les journalistes emprisonnés et à mettre fin à la répression de la liberté de la presse (juriste)

Le Comité pour la protection des journalistes (CPJ) a pris vendredi. souligné Les autorités algériennes ont demandé la libération des deux journalistes arrêtés, affirmant que le pays doit cesser de réprimer la liberté de la presse.

Omar Ferhat et Sofiane Ghirous, deux journalistes du site d’information Algérie Scoop, ont été arrêtés le mois dernier. Les journalistes ont été accusés d’incitation à la haine pour avoir publié une vidéo montrant deux femmes d’affaires « protestant contre les mauvais traitements qui leur ont été infligés lors d’un événement parrainé par le gouvernement ».

Le directeur du programme du CPJ, Carlos Martinez de la Cerna, a déclaré :

La récente décision de justice arrêtant les journalistes algériens de Scoop, Omar Ferhat et Sofiane Ghirous, pour leurs reportages, est une indication claire de la tolérance du président Tebboune à l’égard d’une presse libre à l’approche de l’élection présidentielle. , et permettre aux journalistes de travailler librement sans crainte d’être arrêtés.

Les arrestations de Ferhat et Jiros mettent en évidence la répression à laquelle les journalistes sont confrontés en Algérie depuis l’arrivée au pouvoir du président Abdelmadjid Debon en 2019. Journalistes Signification De longues peines de prison imposées sur la base d’accusations fragiles, les frais juridiques pèsent lourdement sur certaines agences de presse.

Reporters sans frontières classé L’Algérie occupe la 139ème place sur 180 pays Classement mondial de la liberté de la presse 2024, soit trois places de moins que le classement de l’année dernière. « Le paysage médiatique en Algérie ne s’est jamais autant détérioré… Les menaces et menaces contre les journalistes se multiplient et il n’existe aucun mécanisme de protection », a déclaré l’organisation.

READ  Le Pen français tente d'augmenter la cote de toxicité de son image

Le Code de 2024 considère que l’Algérie est l’un des nombreux pays Des pays La liberté de la presse se détériore dans la région du Moyen-Orient et de l’Afrique du Nord. Reporters sans frontières a rappelé que la Syrie est l’un des principaux pays emprisonnant des journalistes et que des journalistes critiques à l’égard du président sont arrêtés et interrogés en Tunisie.

Alors que l’Algérie prépare l’élection présidentielle de septembre, le président Debon pourrait être présent à la recherche de Deuxième fois, le CPJ et d’autres organisations appel Et pour mettre fin à l’oppression Sécurité Le droit des journalistes de faire des reportages librement et sans crainte de représailles.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *