Le Fonds d’investissement public – Le moteur de la diversification économique : un aperçu

RIYAD : L’économie saoudienne s’est redressée en 2021 après une année difficile de restrictions pandémiques alors que des campagnes de vaccination ont été lancées dans le royaume et dans le monde pour stimuler les principales exportations de pétrole.

La plus grande économie du Moyen-Orient et d’Afrique du Nord a rebondi par rapport à l’année dernière, lorsque le produit intérieur brut du royaume avait diminué de 4,1%, selon le Fonds monétaire international.

Mais cette année a vu une augmentation de la production de pétrole, le premier excédent budgétaire trimestriel depuis plus de deux ans, et une baisse du chômage a stimulé la croissance.

Certaines données économiques en 2021 se sont même améliorées par rapport aux niveaux d’avant la pandémie, bien que le plein impact de la dernière variante d’omicron n’ait pas encore été mis en œuvre.

Voici les événements économiques les plus importants pour le Royaume cette année :

Premier trimestre : augmentation des exportations de pétrole

La valeur des exportations de pétrole a continué de se redresser au premier trimestre 2021, augmentant pour le troisième trimestre consécutif, enregistrant son plus haut niveau depuis le dernier trimestre 2019, selon les données officielles.

Cependant, au cours des quatre trimestres de 2021, les exportations de pétrole du royaume ont été inférieures à celles de périodes similaires en 2019.

Deuxième trimestre : Baisse du chômage

Les exportations pétrolières et non pétrolières ont augmenté à un taux annuel de 123% et 61% au deuxième trimestre en valeur, respectivement, selon l’Autorité générale des statistiques. Il s’agit des taux de croissance annuels les plus élevés pour les deux catégories depuis au moins 2018.

READ  Les entreprises algériennes intéressées par l'importation d'engrais et de produits alimentaires ukrainiens

L’Autorité générale des statistiques a déclaré que la valeur des exportations de pétrole saoudien a augmenté de 123% en juin pour atteindre 61,5 milliards de riyals (16,4 milliards de dollars) par rapport à l’année dernière.

Il a ajouté que les exportations de pétrole représentaient 72% des exportations totales en juin, contre 62% le même mois l’année dernière.

MoyenneLumières

La plus grande économie du Moyen-Orient et d’Afrique du Nord a rebondi par rapport à l’année dernière, lorsque le produit intérieur brut du royaume avait diminué de 4,1%, selon le Fonds monétaire international.

Cette année a vu une augmentation de la production pétrolière, le premier excédent budgétaire trimestriel depuis plus de deux ans et une baisse du chômage qui a stimulé la croissance.

Certaines données économiques en 2021 se sont même améliorées par rapport aux niveaux d’avant la pandémie, bien que le plein impact de la dernière variante d’omicron n’ait pas encore été mis en œuvre.

L’Autorité générale des statistiques a déclaré que le taux de chômage parmi les citoyens saoudiens est tombé à 11,3% au deuxième trimestre, le niveau le plus bas depuis au moins la même période en 2016, et cela est attribué aux efforts continus du gouvernement pour stimuler l’emploi local dans le secteur privé. secteur.

En revanche, le chômage saoudien oscillait à un taux moyen de 13,7% en 2020.

Troisième trimestre : excédent budgétaire et faible inflation

La valeur des exportations de pétrole s’est élevée à 206,6 milliards de riyals au troisième trimestre, le plus élevé depuis le dernier trimestre de 2018, alors que le secteur bénéficiait d’une forte demande et de prix élevés.

READ  L'économie de Tamworth pourrait être stimulée par le programme de soutien aux entreprises et les bons Parents NSW | Le chef quotidien du Nord

Cela a conduit le PIB du Royaume à bondir de 7 % au cours de cette période, le taux annuel le plus élevé depuis 2012. La production pétrolière et non pétrolière a augmenté de 9,3 % et 6,3 %, respectivement.

Le ministère des Finances a ajouté que le Royaume avait enregistré le premier excédent budgétaire trimestriel depuis le premier trimestre 2019. L’excédent s’élevait à 6,7 milliards de rials, reflétant un déficit de 4,6 milliards de rials au trimestre précédent.

Ce rallye a été motivé par plusieurs années de hausse des prix du pétrole brut et de réduction des dépenses sociales du gouvernement, alors que la pandémie s’apaisait.

En août, le taux d’inflation annuel du royaume a atteint son plus bas niveau en 20 mois, s’établissant à 0,3 %. Les augmentations des prix à la consommation ont ralenti au second semestre, les effets de la hausse de la taxe sur la valeur ajoutée de 5 à 15 % en juillet 2020 s’estompant.

Le taux d’inflation en juin 2021 était de 6,2% et est tombé à 0,4% en juillet.

Le secteur privé saoudien a connu sa plus forte croissance en septembre depuis 2015, selon IHS Markit, tiré par de nouvelles commandes et une production plus élevée. Les acheteurs ont reçu un coup de pouce après l’assouplissement des restrictions de verrouillage, stimulant la croissance.

En 2020, le taux d’inflation annuel en Arabie saoudite était de 3,4%, entraîné par une hausse de la taxe sur la valeur ajoutée.

Le déficit budgétaire s’élevait à 293,9 milliards de rials en 2020, soit plus du double par rapport à 2019. Les dépenses en prestations sociales, subventions et subventions ont été augmentées, au plus fort de l’épidémie.

READ  La visite du président vénézuélien Maduro en Turquie évoque la "fin d'une époque"

Quatrième trimestre : Augmentation de la production de pétrole

Les exportations et la production de pétrole saoudien en octobre ont enregistré leurs plus hauts niveaux depuis avril 2020, selon les données publiées par JODI. Et les expéditions de pétrole ont augmenté de 5% par rapport au mois précédent pour atteindre 6,83 millions de barils par jour. La production de carburant a atteint 9,78 millions de barils par jour, une légère augmentation par rapport à septembre, mais cela représente une augmentation de 9 % par rapport à l’année dernière.

Prédictions 2022

Les prévisions gouvernementales et économiques indiquent que l’avenir de l’économie saoudienne l’année prochaine est favorable.

Le ministère des Finances s’attend à un excédent du budget 2022 de 90 milliards de rials saoudiens, avec des revenus qui devraient augmenter de 12,4% par rapport aux revenus estimés pour cette année. Les dépenses devraient diminuer de 5,9%. Cela donnerait au royaume son premier excédent budgétaire depuis 2013, s’il se matérialise.

Le ministère s’attend à ce que l’économie croît de 7,4% l’année prochaine.

Capital Economics a une prévision similaire de 7,3%, affirmant que la production de pétrole augmentera la production du royaume en 2022.

Le GCC Statistical Center, Jadwa Investment et Capital Economics s’attendent à ce que le taux d’inflation en Arabie saoudite se stabilise en 2022 entre 1 et 2% avec le maintien de la faible taxe sur la valeur ajoutée l’année dernière.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.