Le Français Bardet a gagné après la défaite de Cavendish, premier match du Tour de France

Le grimpeur français de l’équipe DSM, Romain Bardet, a remporté le maillot jaune de leader du classement général après une évasion tardive pour remporter samedi la première étape de 206 km de Florence à Rimini du Tour de France.

La chaleur de 30 °C (86 °F) a fait des ravages dans le peloton au début de l’épopée de 21 jours depuis Florence, avec de nombreux coureurs en souffrance, avec le sprinter britannique Mark Cavendish 30 minutes derrière alors que Bardet franchissait la ligne d’arrivée.

Tous les principaux prétendants au titre du Tour ont trébuché dans les cinq premières secondes des quatre étapes qui composent la course en Italie.

Le coéquipier de Bardet, Frank van den Broek, 33 ans, faisait partie d’une échappée précoce et les deux hommes ont survécu à une tentative de retour du peloton qui se rapprochait rapidement pour remporter la victoire sur le front de mer de Rimini.

Publicité – Faites défiler pour continuer

Les premières pensées de Bardet vont à son jeune équipier.

« Il en est au premier jour de son premier Tour de France et je n’aurais pas pu le faire sans lui », a déclaré Bardet à propos de la victoire d’étape, qui a culminé sur une longue route plate. .

Le directeur de course Christian Prudhomme a promis une bagarre dès le premier jour, le peloton s’est donc rapproché de Bardet et Van den Broek.

Publicité – Faites défiler pour continuer

C’était la quatrième victoire d’étape de Bardet sur le Tour et son premier maillot jaune.

« Le peloton a été affecté par la chaleur, mais je m’étais entraîné dans la chaleur. Alors j’ai pris un sac de glace et un bidon et je me suis lancé », a déclaré Bardet, vêtu d’un maillot jaune.

READ  Miss France n'est-elle qu'une autre « représentante élue » ?

Il a terminé la tournée respectivement deuxième et troisième en 2016 et 2017.

Publicité – Faites défiler pour continuer

« J’ai perdu tout espoir de porter du jaune, mais il n’est jamais trop tard et j’ai l’impression d’avoir touché le jackpot », a déclaré Bardet.

La deuxième étape de dimanche emmène le peloton à travers la région d’Émilie-Romagne sur un autre itinéraire vallonné de Cesenatico à Bologne, ses plus proches rivaux pour la tête du classement général étant à 15 secondes de Tathej Pokakar et Remko Evenboel, grâce à un bonus de temps avec la victoire d’étape.

Bhogar a révélé qu’il était infecté par Covid à son arrivée pour la tournée.

Publicité – Faites défiler pour continuer

« Quand je me suis testé, je me sentais bien dans la montée », a-t-il déclaré à l’arrivée.

On craint toujours que l’instinct de course du croque-mitaine ne gaspille l’énergie bien stockée.

« Dans le sprint, j’ai foncé et j’ai presque battu les deux gars les plus rapides du peloton », a déclaré le Slovène, qui a terminé quatrième derrière le Vaud van Aert de Wisma.

Publicité – Faites défiler pour continuer

Bien que les collines de Toscane constituent des sites accrocheurs pour un public mondial, les coureurs ont dû faire face non seulement à la chaleur, mais aussi à sept ascensions.

Cavendish vomissait parfois à mesure que le rythme s’accélérait.

À la poursuite d’une 35e victoire d’étape record sur le Tour de France, le « Manx Missile » a été acclamé sur chaque colline alors qu’il creusait profondément pour maintenir sa candidature en vie.

READ  Le roi du Maroc Mohammed VI réitère son ouverture au rétablissement des relations avec l'Algérie

Son coéquipier d’Astana Michael Casoli a abandonné à la mi-course, l’Italien fatigué d’aider Cavendish, qui a terminé avant-dernier en 39 min 22 sec.

Le joueur de 39 ans a réduit le temps, calculé en pourcentage du temps du vainqueur, ce qui dans ce cas s’est traduit par 49 minutes 11 secondes.

Cavendish a levé le pouce car il avait l’air moins fatigué qu’avant.

Le champion en titre Jonas Wingegaard et le leader Bocacar mènent le peloton depuis la ligne de départ devant les sites touristiques de la ville renaissance de Florence pour une odyssée de 21 jours qui se termine à Nice après 3 498 km de course.

Le Tour 2024 est présenté comme une lutte à quatre.

Derrière Wingegard et le champion 2020-2021 Bokker se cachent l’ancien champion de la Vuelta et du Giro Primos Roglic (Red Bull) et le nouveau venu du Tour Remko Evenpohl de Soudal Quick-Step.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *