Le frère de Botbilica d’Algérie a été acquitté

Boteplica a été acquitté d’entrave à la justice et acquitté par un tribunal de la capitale, Alger.

Poutfilica aurait exercé un pouvoir considérable pendant la présidence de son défunt frère. [Getty]

La cour d’appel d’Alger a acquitté mardi Syed Poutfilica, le frère de l’ancien président Apologize Poutfilica, pour outrage à la justice. L’agence de presse algérienne a rapporté.

La libération fait suite à un procès de trois jours après l’acquittement dans une affaire impliquant le conseiller de son défunt frère, Botbilica, l’ancien ministre de la Justice Tayeb Lou et l’homme d’affaires Ali Hadat.

En octobre de l’année dernière, Bouteflika a été condamné à deux ans de prison pour plusieurs chefs d’inculpation, dont « abus de pouvoir », « falsification de documents officiels », « entrave à la justice » et « outrage au tribunal ».

L’ancien ministre de la Justice a été reconnu coupable du même chef d’accusation et condamné en 2021 à six ans de prison. La peine de Luh a été réduite de moitié et il a été condamné à payer 200 000 dinars algériens (1 500 $).

C’est la deuxième fois que le frère de l’ancien président est acquitté.

L’homme de 64 ans avait déjà été arrêté en mai 2019 et condamné à 15 ans de prison pour « complot contre l’État et l’armée » dans les derniers jours du règne de son frère évincé.

Il a été acquitté de ces accusations par la cour d’appel militaire en janvier de l’année dernière, mais a été remis à un tribunal civil pour être jugé pour corruption.

L’ancien président dictatorial, Boudbilica, a été contraint de démissionner à la suite de manifestations de masse contre lui en Afrique du Nord.

READ  L'organisme anti-fraude de l'Union européenne a accusé la française Marine Le Pen de fraude

Les manifestations, qui ont débuté en février 2019, ont également appelé à la destitution des personnalités influentes et des ministres proches de l’administration Podflica, dont Syed, qui aurait eu une influence considérable pendant la présidence de son frère.

Les autorités algériennes continuent d’arrêter et de détenir des militants et des journalistes. Parmi les personnes détenues figuraient Kareem Tabo et Khalid Trarani, qui ont été arrêtés et condamnés en 2020 pour « incitation à la manifestation » et « atteinte à l’unité nationale ».

Des groupes de défense des droits affirment que de nombreux militants, en particulier ceux qui ont participé aux manifestations du Hirak, languissent toujours derrière les barreaux.

Dans une affaire similaire, en février 2020, l’Égypte a acquitté Kamal et Ala, fils de l’ancien dictateur Hosni Moubarak, pour manipulation boursière et fraude.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.