Le gouvernement algérien révisé n’est pas assez bon pour la liberté religieuse

16/07/2021 Algérie (International Christian Concern) – A la suite des élections législatives de juin, le président algérien Abdelmadzi Deboun a annoncé les changements de son nouveau gouvernement dans le personnel nommé. Le gouvernement révisé de Debawan a promis des changements mineurs plus tôt cette année, mais a apporté de petits changements aux postes de direction. Les Algériens se sont sentis malhonnêtes et ont publié un communiqué avec un taux de participation de 77%.

Les changements comprennent un nouveau ministre des Affaires étrangères, un nouveau ministre de la Justice et un nouveau Premier ministre, ainsi que d’autres changements mineurs au sein du cabinet. Le parti au pouvoir actuel, le Front de libération nationale, a également remporté le parlement, mais avec moins de sièges qu’auparavant.

DeBowen, avec sa faible participation électorale, a déclaré que ce n’était “pas important”. Le vote faisait au moins partie de l’appel au boycott du mouvement anti-Hirak, qui continue d’exiger un changement de gouvernement.

Le gouvernement « amendé » mis en avant par Deboun dans son dernier rapport algérien met en exergue une question clé mettant en lumière l’intérêt chrétien international (CCI). Les chrétiens et les églises ont été confrontés à de nombreuses séries de restrictions et de persécutions sous le gouvernement de Pudoflica. Si les chrétiens doivent se voir accorder la liberté religieuse, le gouvernement Deboun doit s’attaquer aux restrictions constitutionnelles et changer son approche actuelle envers les minorités religieuses.

Pour des interviews, contactez Addison Parker : [email protected].

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *