Le gouvernement doit s’attaquer à l’insécurité maintenant

Près de six mois après l’arrivée au pouvoir de l’administration actuelle, les bandits ont continué à kidnapper des Nigérians ; terroriser les communautés rurales et agricoles; utiliser la technologie mobile pour communiquer et collecter une rançon ; Des gens sont kidnappés sur nos autoroutes et tués. Leurs activités sont réparties dans certaines parties du Territoire de la capitale fédérale (FCT), du Niger, de Zamfara, de Kaduna et d’autres régions des États du Nord-Ouest.

Dans le nord-est, Boko Haram, que le précédent gouvernement prétendait avoir largement éradiqué, a commencé à refaire surface. Il y a quelques jours à peine, des personnes ont été tuées lors d’un affrontement déclenché par des attaques de bandits dans la zone de gouvernement local de Tangaza, dans l’État de Sokoto. Quatre communautés ont été attaquées entre dimanche et mercredi par des pilleurs qui ont tué sept personnes, dont une mère allaitante et sa fille, brûlées vives dans un véhicule commercial.

Ils ont également blessé plusieurs autres personnes et enlevé un grand nombre d’entre eux, notamment des femmes et des enfants. Le mois dernier, le chef du village de Zazzaga dans la zone de gouvernement local de Munia, dans l’État du Niger, Mallam Usman Sarki, a été abattu par des bandits.

Un nombre indéterminé d’agriculteurs, dont des femmes, ont également été kidnappés. Ceci est juste pour mentionner quelques incidents.

Le gouvernement doit s’attaquer à l’insécurité maintenant

Les habitants de Katsina expriment de grandes attentes à l’égard du chien de garde communautaire

Il ne fait aucun doute que l’establishment militaire a été proactif dans sa lutte contre les bandits, en les attaquant dans leurs bases, en arrêtant un grand nombre d’entre eux et en libérant les victimes des enlèvements. Mais cela ne s’est pas traduit par un avantage face aux criminels, qui ont toujours la possibilité d’envahir des villages situés à quelques kilomètres des capitales, de brûler des terres agricoles, de taxer la population et de percevoir efficacement de manière à envoyer des forces armées. Un message selon lequel ils dirigent un gouvernement parallèle.

READ  Forum économique mondial 2023 : la crise de la dette américaine éclipse l'optimisme de Davos concernant l'économie mondiale

Le conseiller à la sécurité nationale, Nuhu Ribadu, a récemment déclaré qu’il y avait une diminution des menaces à la sécurité dans la région du Sud-Est et du delta du Niger. C’est une bonne nouvelle, mais nous devons faire davantage pour sécuriser l’ensemble du pays.

Le chaînon manquant dans la lutte contre l’insécurité est que le pays ne dispose pas de suffisamment de troupes, ni peut-être d’assez d’équipements militaires avancés, pour vaincre les criminels. Chaque État qui a vaincu des terroristes/criminels de ce type a dû inonder son territoire avec suffisamment de troupes sur le terrain pour surpasser en nombre ces personnes qui sont devenues des ennemis de l’État.

Les exemples incluent l’Algérie, le Mexique et la Colombie. Avec les forces qui ont chassé le terrorisme de leurs territoires, ces pays ont atteint deux objectifs : premièrement, ils ont vaincu les criminels. Deuxièmement, ils ont créé des opportunités d’emploi pour les jeunes.

Le Nigeria doit tirer les leçons des expériences de ces pays. Par exemple, l’Algérie a dû déployer des forces paramilitaires dans chaque région. Les forces ont répondu aux attaques terroristes, même dans les zones rurales, jusqu’à ce que les criminels soient vaincus et contraints d’exiger le dialogue et l’amnistie.

Bien que notre gouvernement ait brandi la carotte de l’amnistie contre les bandits et les terroristes, les criminels ont ignoré les autorités parce qu’ils estiment avoir le dessus sur nos forces militaires. Le gouvernement de l’État de Katsina a recruté des centaines de jeunes pour aider à combattre les bandits dans leurs régions. Le gouvernement fédéral devrait travailler avec les gouvernements des États pour trouver un moyen d’intégrer ces personnes/groupes dans l’architecture de sécurité nationale en termes de formation, de leadership et d’opérations. Le gouvernement devrait également travailler avec les dirigeants communautaires sur cette question.

READ  Emirates NBD Bank annonce un groupe d'initiatives communautaires pour célébrer le mois sacré du Ramadan

Le président Bola Ahmed Tinubu avait évoqué l’idée de créer des opportunités d’emploi grâce au recrutement massif de jeunes dans nos forces de sécurité. Au cours des six derniers mois, le gouvernement semble avoir relégué cette idée aux poubelles. Nous appelons le gouvernement fédéral à prendre cela au sérieux en tant qu’approche stratégique de lutte contre le terrorisme et la criminalité en général.

Nous devons concevoir une architecture de sécurité capable de protéger les Nigérians des communautés rurales, que ce soit au Nord ou au Sud, car ils sont aussi Nigérians que ceux qui vivent dans nos grandes villes, où un niveau de sécurité similaire est disponible. Le gouvernement affirme que Boko Haram n’a pas attaqué le quartier général de la police nigériane ou le complexe des Nations Unies à Abuja, comme il l’avait fait il y a quelques années, mais qu’il joue plutôt le rôle d’une autruche.

Au-delà de la création d’opportunités d’emploi en recrutant de jeunes Nigérians dans les forces de sécurité, le gouvernement doit investir dans une technologie capable de cartographier des emplacements dans un très grand rayon afin d’identifier les zones d’opérations menées par des bandits et des terroristes. Il est incroyable qu’à l’ère de la technologie des drones, nos forces de sécurité soient impuissantes lorsqu’on leur dit que des criminels opèrent dans certaines régions du Nigeria parce que les soldats ne peuvent pas atteindre ces endroits avec des véhicules.

Boko Haram et les bandits sont parmi nous depuis de nombreuses années maintenant ; Ce défi devait être relevé grâce à la technologie ou à d’autres dispositifs logistiques pour répondre rapidement aux appels de détresse dans nos communautés rurales. Récemment, les enlèvements se sont multipliés par des criminels profitant de la situation sécuritaire. Tous les efforts doivent être faits pour endiguer cette marée.

READ  Le déficit commercial du Japon s'élargit à mesure que les coûts d'importation augmentent en raison des pressions sur l'offre

Le gouvernement Tinubu envisage de réformer l’économie, mais il faut clairement affirmer que cela ne peut être réalisé que s’il y a de la sécurité. Sans sécurité, les soins de santé ne peuvent être fournis dans les communautés rurales, car les bandits ont détruit les cliniques de soins de santé primaires et forcé les infirmières et les médecins à quitter le pays.

Sans sécurité, les établissements d’enseignement ne peuvent pas produire des diplômés de qualité. Les criminels ont détruit des milliers d’écoles et kidnappé des étudiants du secondaire et du supérieur.

Sans sécurité, il ne peut y avoir de sécurité alimentaire, car les bandits se déchaînent dans les fermes, y mettant le feu, tuant les agriculteurs et s’emparant des terres et des récoltes. Même le système ferroviaire du pays a été gelé en raison de l’insécurité, les bandits se livrant à un jeu d’attaque sur les trains au Nigeria. Ce gouvernement doit donner la priorité à la sécurité, car elle constitue la base de la réalisation des objectifs de développement et autres.

C’est une bonne chose qu’ils chassent les investisseurs et les entreprises dans le pays, mais seule la sécurité peut donner aux individus, aux entreprises et aux pays la confiance nécessaire pour venir au Nigeria. La base du succès de ce gouvernement dans la résolution de tous nos problèmes réside dans la sécurité et le traitement, qui doivent être au centre de l’attention.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *