Le gouvernement israélien accélère la mise en œuvre d’un projet de loi visant à dissoudre le parlement

Jérusalem (AFP) – Un ministre du gouvernement israélien sortant a déclaré mardi que le gouvernement israélien sortant accélérerait cette semaine un projet de loi visant à dissoudre le Parlement et à préparer le pays à ses cinquièmes élections d’ici trois ans.

Le Premier ministre Naftali Bennett a annoncé lundi qu’il dissoudrait son alliance De huit partis idéologiquement divers, un an après avoir pris le pouvoir, envoyer le pays aux urnes. Une série de défections de son parti Yamina a privé la coalition d’une majorité au parlement israélien, connue sous le nom de Knesset.

Bennett a noté l’échec de la coalition au début du mois à proroger une loi accordant aux colons de Cisjordanie un statut juridique spécial Comme une incitation majeure pour de nouvelles élections. Son principal allié, le ministre des Affaires étrangères Yair Lapid, deviendra Premier ministre par intérim jusqu’à la formation d’un nouveau gouvernement à l’issue des élections prévues en octobre.

Le ministre des Affaires sociales Meir Cohen, membre du parti Yesh Atid de Lapid, a déclaré à la chaîne de télévision publique israélienne Kan que la coalition soumettrait le projet de loi à un premier vote mercredi.

« Nous espérons terminer le processus d’ici une semaine », a déclaré Cohen. « L’intention est de le terminer le plus tôt possible et d’aller aux élections. »

Une commission parlementaire a accepté de tenir un premier vote pour dissoudre le parlement mercredi, avec un vote final prévu au début de la semaine prochaine.

Les nouvelles élections évoquent la possibilité du retour de l’ancien Premier ministre Benjamin Netanyahu, désormais chef de l’opposition. La coalition de huit partis a limogé Netanyahu après quatre élections peu concluantes qui ont été largement considérées comme des référendums sur son éligibilité au gouvernement. Les factions de l’alliance vont des libéraux accommodants opposés aux colonies israéliennes aux faucons ultra-nationalistes qui rejettent un État palestinien. Seule leur opposition à Netanyahu les a rapprochés.

READ  Une conversation militaire russe interceptée révèle sa frustration face à l'équipement défectueux et aux bombardements ukrainiens

Netanyahu est actuellement jugé pour corruption, mais a nié tout acte répréhensible, rejetant les accusations de chasse aux sorcières par ses opposants politiques. La loi israélienne ne stipule pas explicitement qu’aucun politicien accusé ne peut devenir Premier ministre.

Alors que les politiciens se préparent pour les élections de l’automne, plusieurs membres de la coalition ont évoqué la possibilité d’adopter une loi avant la dissolution de la Knesset qui empêcherait un législateur accusé d’un crime d’exercer les fonctions de Premier ministre.

Le ministre des Finances Avigdor Lieberman a déclaré que l’objectif de son parti Yisrael Beytenu lors des prochaines élections était « d’empêcher Benjamin Netanyahu de revenir au pouvoir ». Outre le projet de loi sur la dissolution du parlement, il a déclaré qu’il déposerait mercredi un projet de loi pour empêcher le législateur inculpé de devenir Premier ministre.

« J’espère que ce projet de loi obtiendra également une majorité », a-t-il déclaré lors d’une conférence économique organisée par l’Israel Democracy Institute.

Le ministre de la Justice, Gideon Sar, chef du parti New Hope, a déclaré à la radio militaire que sa faction soutenait une telle loi et voterait pour si elle était présentée au Parlement.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.