Le Japon met en garde contre un impact “dangereux” après avoir statué sur le travail forcé en Corée du Sud

Le logo Mitsubishi Heavy Industries apparaît lors de la conférence de presse de l’entreprise à Tokyo, au Japon, le 9 mai 2016. REUTERS/Issei Kato/File Photo

TOKYO/SEOUL (Reuters) – Le Japon a mis en garde jeudi contre des répercussions “graves” si un tribunal sud-coréen décidait de confisquer les actifs de Mitsubishi Heavy Industries. (7011.T) En compensation du travail forcé à l’époque coloniale.

Les familles de quatre Coréens forcés de travailler pour Mitsubishi Heavy pendant la domination coloniale japonaise de 1910-1945 ont intenté une action en justice ce mois-ci pour saisir environ 853 millions de won (725 000 $) dus par une société sud-coréenne à la société japonaise.

La Cour suprême de Corée du Sud a ordonné en 2018 à Mitsubishi Heavy d’indemniser les victimes, mais la société ne l’a pas fait en raison d’un différend diplomatique entre les deux pays, le Japon faisant valoir que l’affaire avait été réglée par un traité de 1965.

Séoul et Tokyo sont depuis longtemps en désaccord sur l’indemnisation des Coréens qui ont été contraints de travailler dans des entreprises japonaises et des bordels militaires pendant la période coloniale. Les relations se sont détériorées à leur plus bas niveau depuis des décennies, alors qu’une dispute sur le travail forcé dégénère en un différend commercial et a ravivé l’histoire et les querelles régionales.

Le tribunal de district de Suwon a approuvé mercredi soir la confiscation, interdisant à la société coréenne de verser l’argent à Mitsubishi Heavy et permettant aux victimes de le récupérer.

La décision a suscité une vive réprimande du Japon, un porte-parole du gouvernement appelant Séoul à travailler à la résolution du différend.

READ  Les affrontements navals entre Israël et l'Iran s'intensifient alors qu'un navire militaire iranien est détruit par une mine

“S’il est liquidé, cela mettra les relations entre le Japon et la Corée du Sud dans une situation dangereuse. Il faut l’éviter”, a déclaré à la presse le secrétaire général du Cabinet, Katsunobu Kato. “Nous voulons exhorter plus fortement la Corée du Sud à présenter une solution acceptable pour le Japon.”

Le ministère sud-coréen des Affaires étrangères a déclaré qu’il était en pourparlers avec le Japon pour trouver une “solution raisonnable” tout en examinant comment les victimes pourraient exercer leurs droits légaux, ainsi que leurs relations diplomatiques.

Un porte-parole de Mitsubishi Heavy a refusé de commenter, affirmant que la société tentait de confirmer les détails de la décision.

Les avocats des victimes ont déclaré que si la société japonaise continue de refuser d’exécuter la commande, ils récupéreront l’argent directement auprès de la société coréenne LS Mtron Ltd.

“Les victimes et leurs familles demandent une indemnisation à Mitsubishi conformément à la décision, reconnaissant des faits historiques et présentant des excuses”, ont déclaré les avocats dans un communiqué, ajoutant que leurs clients étaient “ouverts à des consultations à ce sujet”.

Fonctionnaire chez LS Mtron, une filiale de machines de LS Corp (006260.KS)Elle a déclaré à Reuters qu’elle partageait avec les victimes la douleur qu’elle avait ressentie et qu’elle suivrait la décision du tribunal, mais qu’elle devait vérifier les détails.

Le mois dernier, le président Moon Jae-in a annulé un projet de visite à Tokyo pour les Jeux olympiques et de tenir son premier sommet avec le Premier ministre Yoshihide Suga au milieu de la controverse sur les propos d’un diplomate japonais basé à Séoul. Lire la suite

READ  Le bloc du canal de Suez pourrait nuire aux chaînes d'approvisionnement des produits

Moon, qui commémore dimanche l’indépendance de son pays vis-à-vis du Japon, a déclaré que son gouvernement restait ouvert au dialogue avec le Japon pour résoudre les problèmes. Lire la suite

(1 $ = 1 175 9800 gagnés)

Reportage supplémentaire de Tetsushi Kajimoto à Tokyo et Hyunhye Shin à Séoul ; Écriture de Ritsuko Ando et Hyunhye Shin ; Montage par Ana Nicholas da Costa et William Mallard

Nos critères : Principes de confiance de Thomson Reuters.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *