Le journaliste algérien libéré promet de lutter pour la liberté de la presse

Posté sur:

Alger (AFP)

L’éminent journaliste algérien Khalid Trainee, qui a été libéré après avoir purgé près d’un an de prison à la suite d’une grâce présidentielle, a promis de continuer la lutte pour une liberté de la presse “sacrée et intouchable”.

Lors de sa libération de la prison de Goliath à l’ouest d’Alger vendredi dernier, la chaîne francophone TV5 Monte et le Comité de surveillance de la liberté de la presse ont accueilli des journalistes sans correspondant frontière (RSF).

Caspa Tribune, ancienne présentatrice de télévision et fondatrice d’un site d’information en ligne, est devenue un symbole de la lutte pour la presse et la liberté d’expression en Algérie, à une époque où les autorités réprimaient la dissidence, les militants, les personnalités de l’opposition, les journalistes et les réseaux sociaux. utilisateurs.

“J’espère que le temps que j’ai passé en prison contribuera à renforcer la liberté de la presse en Algérie et à en faire une liberté sacrée et intouchable”, a déclaré à l’AFP une stagiaire depuis sa maison familiale dans la capitale, Alger.

L’homme de 40 ans a semblé détendu et souriant, une amélioration par rapport à son apparence lors de son procès en septembre.

«Je vais très bien, en bonne santé et heureux de revoir ma famille», a-t-il déclaré.

“La prison a duré un peu plus longtemps que prévu, mais je suis très content”, a-t-il ajouté.

– ‘Journalistes inéligibles à la prison’ –

Le président Abdelmadjeet Deboun a annoncé des dizaines d’excuses la semaine dernière alors que le mouvement anti-Hirak, qui avait renversé l’ancien dictateur Aptelogis Bouteflika en 2019, reprenait de l’élan.

READ  Le Maroc se prépare à la présidence algérienne du Conseil de paix et de sécurité de l'Union africaine

Trainee était connu non seulement comme présentateur de télévision, mais aussi pour son activisme en ligne, partageant des photos et des déclarations directement des manifestations du Hirak sur les réseaux sociaux.

Il a été arrêté en mars de l’année dernière pour «incitation à une foule non armée» et «mise en danger de l’unité nationale» après avoir couvert des manifestations, et a été condamné à deux ans de prison en appel en septembre.

À la suite d’allégations selon lesquelles il était au service des «ambassades étrangères», des responsables l’ont accusé de travailler pour une société de médias étrangère sans accréditation – une bureaucratie épineuse en Algérie.

Le journaliste indépendant dit qu’il ne faisait que son travail.

“Les journalistes ne méritent pas d’aller en prison”, a déclaré un stagiaire.

«J’espère être le dernier journaliste algérien à finir en prison».

– ‘Tous les jours, dans tous les pays’ –

Une campagne de solidarité mondiale s’est développée en faveur du stagiaire et, depuis sa libération, des parents, des amis, des militants et même des étrangers sont venus le voir et lui rendre hommage.

Parmi eux, il y avait un collègue journaliste et ancien prisonnier Fodil Pamala et Walid Keshida, qui était actif dans la vingtaine, et a été emprisonné pour avoir publié des mèmes en ligne se moquant des fonctionnaires et de la religion.

Bien qu’une quarantaine de détenus aient été libérés, une trentaine sont toujours en détention dans le cadre du mouvement anti-Hirak, selon le CNLT, un groupe de militants des droits des prisonniers.

La libération du stagiaire est temporaire, un appel devant la Cour suprême étant en instance jeudi.

READ  La Banque mondiale salue l'aide américaine et française pour aider l'Inde à lutter contre Covit-19

Mais le soi-disant «croyant éternel» a déclaré qu’il était prêt à prendre son poste de journaliste et de défenseur de la liberté de la presse qu’il avait laissée derrière lui.

«Je ne sais pas ce que ça doit être d’être autre chose qu’un journaliste», dit-il. “C’est un travail que je fais avec fierté et joie depuis 15 ans.”

Reporters sans frontières occupe la 146e place dans 180 pays et territoires dans le Classement mondial de la liberté de la presse en Algérie 2020.

«La guerre pour la liberté de la presse est menée chaque jour dans tous les pays», a déclaré Trainee.

“Ce doit être une guerre mondiale. En tant que journaliste algérien, je suis prêt à continuer la lutte.”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *