Le judo algérien interdit pendant 10 ans

Le judoka algérien Fethi Norine devra attendre 10 ans avant de pouvoir à nouveau participer à des épreuves internationales.

Noreen fait face à une interdiction après s’être retirée d’un match potentiel contre un adversaire israélien aux Jeux olympiques de Tokyo en 2020.

Le membre du Temple de la renommée de l’IJF et entraîneur de judoka, Amar Benikhlef, risque également une suspension. Elle devait affronter Noreen Tohar avec un tambour au deuxième tour de la compétition masculine des poids légers.

L’Algérie et d’autres pays musulmans protestent contre la prétendue occupation israélienne de la Palestine. La plupart des pays musulmans n’ont pas accepté Israël en tant que pays indépendant et évitent également le commerce avec Israël.

Après s’être retirés de la première journée, l’entraîneur et le judoka ont confirmé aux médias que leur décision de démissionner était une expression de solidarité avec les Palestiniens.

Dans sa déclaration, la FIJ a déclaré :

“من الواضح أن لاعبي الجودو الجزائريين ، بقصد خبيث ، استخدموا الألعاب الأولمبية كمنصة للاحتجاج والترويج للدعاية السياسية والدينية ، وهو انتهاك واضح وخطير لقوانين الاتحاد الدولي للجودو ، ومدونة أخلاقيات الاتحاد الدولي للجودو الميثاق الأولمبي. لذلك ، لا يمكن فرض أي عقوبة أخرى غير التعليق الشديد في cette état “.

Cependant, Noreen et Benikhlef peuvent faire appel de l’interdiction devant le Tribunal arbitral du sport.

READ  La période du règne algérien de Bouteflika a été marquée par la reconnaissance du passé colonial par les présidents français

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *