Le Kenya est à la traîne dans les vaccinations contre Covid-19, selon un rapport

Un nouveau rapport montre que le Kenya fait partie des pays à la traîne en matière de vaccination contre le Covid-19 en Afrique.

Nairobi, selon le rapport de la Fondation Mo Ibrahim, n’atteindra pas à la fin de l’année l’objectif 2021 de l’OMS de vacciner pleinement 40 pour cent de la population.

Seuls cinq pays sont susceptibles d’atteindre la cible sur un continent qui a jusqu’à présent entièrement vacciné 6,8% de sa population.

Les Seychelles, Maurice et le Maroc ont déjà atteint l’objectif avec la Tunisie et le Cabo Verde, qui devrait être atteint avant le 31 décembre.

Le Kenya, qui a pour objectif national de toucher 10 millions de personnes d’ici le jour de Noël, n’a complètement vacciné que 10 pour cent de la population.

Le rapport indique que « depuis le début de l’épidémie au Kenya, au moins 462 personnes sur 100 000 personnes ont été infectées par le Covid-19, tandis qu’au moins neuf personnes sur 100 000 sont décédées du virus ».

La principale raison pour laquelle le Kenya et la majorité des pays africains n’atteignent pas l’objectif, selon le rapport, est le fait que l’Afrique représente 25 pour cent de la demande mondiale de vaccins, mais dépend des importations pour 99 pour cent de ses vaccins de routine. Avoir besoin.

Refus des services gouvernementaux

Un autre facteur est que seuls 10 acteurs locaux de la chaîne de valeur des vaccins opèrent actuellement en Afrique – la plupart d’entre eux à des étapes ultérieures qui incluent l’emballage, la finition, l’emballage, l’étiquetage et l’importation pour la distribution.

READ  La Libye et l'Algérie cherchent à activer les relations économiques à plusieurs niveaux |

Les 10 acteurs locaux de la chaîne de valeur des vaccins sont au Nigeria (2), en Afrique du Sud (2), en Algérie (1), en Egypte (1), en Ethiopie (1), au Maroc (1), au Sénégal (1) et en Tunisie (1 ).

L’Organisation mondiale de la santé précise que l’Afrique a besoin de vacciner 70% de sa population d’ici fin 2022 pour avoir une chance de contrôler la pandémie de Covid-19, pourtant elle ne représente que 2,9% des 7,6 milliards de vaccins administrés dans le monde.

La course pour atteindre l’objectif a incité le gouvernement à annoncer que les Kenyans sans preuve de vaccination se verront refuser les services gouvernementaux au cours de la nouvelle année.

Le secrétaire du Cabinet de la Santé, Muttahi Kagwe, a déclaré que toute personne recherchant des services gouvernementaux devrait être entièrement vaccinée pour maintenir les taux d’infection bas et éviter le verrouillage, qui a entraîné des licenciements et une contraction de l’économie l’année dernière.

Lorsque M. Kagwe a annoncé le 20 novembre, 6 388 427 vaccins avaient été administrés. Cependant, dix jours après son annonce, le nombre était passé à 7 175 590.

Programmes de sensibilisation aux vaccins