Le lobby des affaires italien réduit à zéro ses prévisions de croissance économique pour 2023 en raison de problèmes énergétiques

MILAN (Reuters) – L’économie italienne devrait croître plus que prévu en 2022 mais stagner en 2023, a déclaré samedi le principal lobby des affaires du pays, avertissant que les tensions entre l’Union européenne et la Russie au sujet de l’approvisionnement en gaz rendaient les perspectives très incertaines. .

Dans un rapport, Confindustria a abaissé à zéro sa prévision de croissance du PIB en 2023, contre 1,6% attendu en avril, tout en révisant son estimation pour 2022 à 3,4% contre 1,9% grâce aux excellentes performances de l’économie italienne au premier semestre. l’année.

La dégradation de la note pour 2023 reflète les attentes du gouvernement et intervient après que l’administration sortante de Mario Draghi a réduit la semaine dernière ses prévisions de croissance pour l’année prochaine à 0,6 %, en raison de la hausse des coûts de l’énergie. Cependant, il a déclaré que le produit intérieur brut augmenterait de 3,3% en 2022, contre 3,1% prévus en avril.

Inscrivez-vous maintenant pour obtenir un accès gratuit et illimité à Reuters.com

La baisse des perspectives pour l’année prochaine souligne les vents contraires économiques auxquels Georgia Meloni, qui a mené une coalition de droite à la victoire aux élections le mois dernier et devrait être nommée Premier ministre ce mois-ci.

« Si les tensions entre l’UE et la Russie s’intensifient au point d’entraîner de nouvelles hausses de prix et/ou de bloquer l’approvisionnement en gaz, les effets négatifs sur l’activité de production seront plus graves, impliquant une récession plus prononcée », a déclaré Confindustria dans son rapport.

Moscou et plusieurs pays européens, dont l’Allemagne, sont en désaccord sur l’approvisionnement en gaz naturel de la Russie depuis que le pays a envahi l’Ukraine en février.

READ  Le Vietnam croit en la croissance future des relations avec l'Algérie : Ambassadeur | Politique

Le gaz russe ne représente désormais qu’environ 10 % des importations italiennes de gaz, contre environ 40 % auparavant, tandis que la part de l’Algérie et des pays nordiques a augmenté.

Inscrivez-vous maintenant pour obtenir un accès gratuit et illimité à Reuters.com

(Reportage de Gianluca Cimraro) Montage par David Holmes

Nos critères : Principes de confiance de Thomson Reuters.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.