Le Mali a rappelé son ambassadeur après que celui-ci ait été accusé d'ingérence en Algérie, aggravant les tensions sur les efforts de paix.

Les responsables maliens affirment que ce pays d'Afrique de l'Ouest a rappelé son ambassadeur en Algérie après l'avoir accusé d'ingérence dans ses affaires intérieures après avoir rencontré des chefs rebelles du nord du Mali.

BAMAKO, Mali — Le Mali a rappelé son ambassadeur en Algérie après l'avoir accusé de s'ingérer dans ses affaires intérieures en rencontrant des chefs rebelles, ont annoncé vendredi des responsables.

Selon une lettre de l'ambassade du Mali au ministère algérien des Affaires étrangères, l'armée malienne a annoncé qu'elle retirait l'ambassadeur Mahamane Amadou Maika d'Algérie.

L'Algérie a été un médiateur clé dans les efforts de paix entre le Mali et les rebelles touaregs locaux, dont la campagne séparatiste dans le nord a plongé le pays dans plus d'une décennie de conflit violent. En 2012, ils ont chassé l’armée malienne de la ville, déclenchant une série d’événements qui ont déstabilisé le pays.

L'Algérie a joué un rôle clé dans la signature d'un accord de paix en 2015 entre le Mali et les rebelles – qui a échoué après que les deux parties se sont mutuellement accusées de ne pas s'y conformer.

Plus tôt dans la semaine, le Mali a convoqué le plus haut diplomate algérien, a déclaré le gouvernement à propos de ces réunions, « pour exprimer sa forte opposition aux récentes actions hostiles des autorités algériennes sous couvert d'initiatives de paix au Mali ».

« Ces actions constituent une ingérence dans les affaires intérieures du Mali », a déclaré le Bureau de l'information et de la presse du Mali, soulignant que l'Algérie devrait « prioriser le dialogue avec les autorités maliennes ».

READ  Visa Schengen : la France est le premier pays de l'UE à proposer un visa sans papier ! Connaître les règles, l'éligibilité et d'autres détails

En réponse, l'Algérie a convoqué jeudi le plus haut diplomate du Mali et l'a exhorté à « se joindre aux efforts actuellement en cours par l'Algérie pour donner un nouvel élan à (l'accord) », selon un communiqué de son ministère des Affaires étrangères.

Il a soutenu les réunions avec les dirigeants rebelles, estimant que c'était « une solution parfaite » pour l'Algérie de faire respecter l'accord et de contribuer à l'instauration de la paix au Mali.

Le différend entre les deux pays pourrait menacer davantage les efforts de paix au Mali, où de nouveaux affrontements entre le gouvernement militaire et les rebelles touaregs ont éclaté ces derniers mois.

Les analystes ont mis en garde contre de nouvelles violences dans une région déjà menacée par des militants liés à Al-Qaïda et par le retrait des troupes françaises et des casques bleus des Nations Unies ces derniers mois.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *