Le Ministre de l’Economie assiste à la réunion annuelle du Groupe de la Banque Islamique de Développement

TEHERAN – Le ministre iranien des Finances et des Affaires économiques, Ehsan Khandouzi, a participé aux assemblées annuelles du Groupe de la Banque islamique de développement pour 2022, qui se sont tenues du 1er au 4 juin en Egypte.

Khandozi a rencontré ses homologues de plusieurs pays, dont l’Indonésie et le Qatar, ainsi que le président de la Banque islamique de développement, Muhammad Sulaiman Al-Jasser, en marge de l’événement, a rapporté l’IRIB.

Comme indiqué, lors de la rencontre du ministre de l’Économie avec son homologue indonésien, les responsables ont discuté des moyens de coopération dans le domaine de l’approvisionnement en produits de base.

Au cours de la réunion avec Al-Jasser, diverses questions ont également été abordées, notamment les défis auxquels est confrontée la coopération de la République islamique d’Iran avec la Banque islamique de développement.

Une réunion technique a également eu lieu entre la délégation iranienne et la délégation irakienne, et ils ont discuté des moyens de coopération conjointe avec la Banque.

Les Conseils des gouverneurs et les assemblées générales des membres du Groupe de la Banque islamique de développement tiennent leurs réunions annuelles pour discuter des questions de développement et institutionnelles. Le thème de la réunion annuelle de cette année était « Au-delà de la reprise : résilience et durabilité ».

L’emblématique Forum du secteur privé, une occasion de réseauter et de nouer des relations d’affaires et des partenariats, s’est également tenu parallèlement aux Assemblées annuelles.

La Banque islamique de développement est une institution multilatérale de financement du développement axée sur le financement islamique pour le développement des infrastructures et dont le siège est à Djeddah, en Arabie saoudite. Il y a 57 pays membres qui contribuent à cette banque avec le plus grand actionnaire unique du Royaume d’Arabie saoudite.

READ  L'Afghanistan est au bord de l'effondrement. Voici ce que les États-Unis devraient faire à ce sujet.

L’Iran est le troisième actionnaire de la banque, avec une participation de 9,3%, après l’Algérie.

EF / MA

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.