Le ministre israélien soutient les revendications de souveraineté du Maroc sur le Sahara occidental

Lors d’une visite officielle au Maroc, la ministre de l’Intérieur Ayelet Shaked a déclaré le 21 juin : « Israël soutient la souveraineté du Maroc sur le Sahara. Nous avons parlé des relations étroites entre les deux pays, ainsi que des projets communs que nous pouvons faire ensemble ».

C’est la première fois qu’un ministre israélien exprime publiquement le soutien de son pays à la souveraineté du Maroc sur la région du Sahara occidental, qu’il contrôle depuis des décennies malgré la présence du mouvement indépendantiste du Front Polisario.

Un communiqué publié par le ministère de l’Intérieur indique simplement que lors de sa rencontre avec son homologue marocain Abdelouafi Laftit et le ministre des Affaires étrangères Nasser Bourita, Shaked a exprimé publiquement le soutien d’Israël à la souveraineté marocaine. La déclaration ne comprenait pas la citation exacte du ministre et le ministère a refusé de commenter la question.

Le ministre des Affaires étrangères Yair Lapid a déjà abordé cette question, mais de manière plus générale. En mars, dans la région méridionale du Néguev, Lapid a accueilli les ministres des Affaires étrangères des États-Unis, de l’Égypte, des Émirats arabes unis, de Bahreïn et du Maroc, lors d’une réunion qui était la première du genre. Après sa rencontre avec Bourita en marge du sommet du Néguev, Lapid a publié une déclaration indiquant que les pays participants travailleront ensemble pour faire face aux « tentatives affaiblit la souveraineté marocaine et l’intégrité territoriale.

À la même occasion, Lapid a salué la récente décision prise par l’Espagne de soutenir le plan d’autonomie marocain, déclarant : « Nous sommes déterminés à parvenir à la prospérité et à la paix dans cette région et au-delà. Dans ce contexte, la déclaration de l’Espagne est intervenue la semaine dernière en faveur du Plan marocain d’autonomie. » Plan d’autonomie marocain Pour le Sahara occidental, le plan que d’autres ont déjà approuvé est une évolution positive. » Le ministère israélien des Affaires étrangères a confirmé à Al-Monitor que la déclaration de mars 2022 reflète la position officielle d’Israël sur la question.

READ  L'Organisation de coopération et de développement économiques affirme qu'un accord a été conclu sur un taux d'imposition minimum mondial sur les sociétés

Israël a été contraint de s’impliquer dans la question controversée du Sahara occidental lorsque l’administration Trump a conclu les accords d’Ibrahim avec les Émirats arabes unis, Bahreïn et le Maroc. Dans le cadre d’un accord négocié par les États-Unis pour que le Maroc renoue des relations diplomatiques avec Israël, les États-Unis ont accepté de reconnaître leur souveraineté sur le Sahara occidental.

Le 10 décembre, la Maison Blanche a déclaré que « les États-Unis Reconnaître la souveraineté marocaine sur l’ensemble du territoire du Sahara Occidental et affirme son soutien à la proposition sérieuse, crédible et réaliste du Maroc d’autonomie comme seule base d’une solution juste et durable au conflit sur le territoire du Sahara Occidental.

Israël n’a pas publié de déclaration similaire. Pourtant, l’Algérie, qui soutient le Front Polisario, a exprimé il y a quelques mois sa colère contre Israël, affirmant que Jérusalem est au moins en partie responsable de la reconnaissance américaine.

La visite de Shaked marquait la première fois qu’un ministre de l’Intérieur israélien se rendait officiellement au Maroc. Il a également accepté le recrutement par Israël de travailleurs marocains pour les secteurs de la construction et des soins infirmiers. Après la réunion, Shaked a tweeté : « Notre objectif Signature de l’accord définitif Le mois prochain pour faire venir des travailleurs étrangers du Maroc en Israël. Nous avons également parlé des défis d’affronter l’Iran que les deux pays partagent. »

Parallèlement, l’Ambassadeur Alon Bar, Chef du Département Politique Stratégique du Ministère israélien des Affaires étrangères, s’est rendu aujourd’hui au Maroc pour une visite de travail, au cours de laquelle il a eu un dialogue politique avec le Chef du Département Moyen-Orient du Ministère marocain des Affaires étrangères. Affaires étrangères, Fouad Ahraf.

READ  Le Monitor Economy Q&R : Gosia Piatek, fondatrice de Kowtow

« Le but du dialogue était de discuter de la manière dont cela se fait Coopération bilatérale Le ministère israélien a déclaré que les relations entre les deux pays pourraient être approfondies, « notamment en faisant venir des travailleurs marocains en Israël, en encourageant les investissements mutuels et le tourisme, et en encourageant le commerce entre les deux pays ».

Le communiqué ajoutait : « Le Engagez la conversation aussi Le cadre de la structure régionale et les mesures de suivi convenues par les parties lors du sommet du Néguev, qui s’est tenu à l’initiative du ministre des Affaires étrangères Yair Lapid en mars de cette année.

Israël et le Maroc ont renouvelé leurs relations diplomatiques en décembre 2020. L’ambassadeur David Govrin – l’un des diplomates israéliens les plus expérimentés et les plus anciens – est le chef de la mission israélienne. L’équipe diplomatique israélienne à Rabat a été très active depuis l’ouverture du bureau en août 2021, aidant les hommes d’affaires, artistes, intellectuels et touristes israéliens à établir des relations avec leurs homologues marocains.

Lapid a déclaré le 15 juin que son homologue marocain Bourita devrait le faire Visitez Israël cet été Afin d’ouvrir officiellement l’ambassade du pays en Israël. Israël pourrait ouvrir officiellement son ambassade à Rabat à la même occasion.

Lorsqu’Israël et le Maroc ont renouvelé leurs relations, les analystes ont affirmé que Rabat avait participé aux accords d’Ibrahim principalement à cause de la question du Sahara occidental, mais depuis lors, de nombreux hauts responsables marocains ont exprimé l’engagement de leur pays à normaliser les relations avec Israël. En fait, les relations culturelles et commerciales se développent rapidement, tout comme la coopération en matière de sécurité.

READ  1er janvier. anniversaires aujourd'hui

Le ministre de la Défense, Benny Gantz, s’est rendu au Maroc en novembre dernier et a signé un accord historique de coopération en matière de sécurité. La ministre israélienne de l’Economie, Orna Barbivai, s’est rendue au Maroc en février dernier et a signé une série d’accords de commerce et d’investissement. Elle a déclaré que les deux pays espéraient faire passer le commerce bilatéral de 131 millions de dollars par an à 500 millions de dollars au cours des cinq prochaines années. vols directs Entre Tel-Aviv et Rabat, les travaux ont commencé il y a quelques mois.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.