Le nouvel agenda méditerranéen de l’Union européenne [NGW Magazine]

Résumé

Le passage de l’Union européenne à la neutralité carbone offre des opportunités aux pays à leur porte qui sont riches en ressources énergétiques renouvelables. Mais il fait face à la concurrence de la Chine. [NGW Magazine Volume 6, Issue 5]

par: Charles Elinas

Après des consultations avec les pays du sud de la Méditerranée, la Commission européenne (CE) a lancé le 9 février son nouveau programme ambitieux, «l’Agenda méditerranéen». Les pays inclus dans ce schéma sont: l’Algérie, l’Égypte, Israël, la Jordanie, le Liban, la Libye, le Maroc. Palestine, Syrie et Tunisie (Figure 1). Il aborde les objectifs habituels tels que la paix, la sécurité et l’état de droit; Mais il prend également en compte la transition verte, la résilience climatique, l’énergie et l’environnement. L’agenda est soutenu par un plan économique et d’investissement (PEI) dédié pour stimuler la reprise socio-économique à long terme dans la région. Dans le cadre du nouvel instrument de voisinage, de développement et de coopération internationale (NDICI), jusqu’à 7 milliards d’euros (8,5 milliards de dollars) ont été alloués à la mise en œuvre du plan d’investissement européen de 2021 à 2027. On espère que cela augmentera jusqu’à 30 milliards d’euros. Autres investissements privés et publics dans la région au cours de la prochaine décennie. La paix, la sécurité et la stabilité dans ces dix pays du sud de la Méditerranée sont importantes pour l’Union européenne dans trois domaines principaux: la migration irrégulière. Sécurité en Europe et rsqu …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *