Le Paris Saint-Germain pourrait quitter le Parc des Princes après que le maire a rejeté la vente | nouvelles du football

Les héros français explorent des « options alternatives » après que le maire de Paris a déclaré que le Parc des Princes n’était pas à vendre.

Les champions de football français du Paris Saint-Germain ont menacé de se retirer du Parc des Princes, leur domicile depuis près de 50 ans, après que les responsables de la ville aient refusé de vendre le stade au club.

Dimanche, la maire de Paris, Anne Hidalgo, a déclaré que le stade n’était « pas à vendre » et « ne sera pas vendu » au Paris Saint-Germain, propriété du Qatar.

Un porte-parole du club s’est dit « déçu et surprenant » que Paris veuille « éloigner le PSG et ses supporters du Parc des Princes ».

« Le maire oblige le PSG à sortir de chez lui », a déclaré le porte-parole. « Tout le monde perd sur la position prise par le maire. Le Paris Saint-Germain est désormais contraint de trouver des options alternatives pour déplacer le club. Ce n’est pas le résultat qu’espéraient le club ni ses supporters. »

Le PSG aurait fait une offre l’année dernière pour acheter le club. Le club a également fait de l’acquisition d’un terrain dans la banlieue ouest verdoyante de la ville une condition pour effectuer des travaux de rénovation et d’agrandissement d’un coût de 500 millions d’euros (542 millions de dollars).

Le Paris Saint-Germain est le club de football le plus titré de France depuis la prise de contrôle de Qatar Sports Investments en 2011. [Gonzalo Fuentes/Reuters]

Le porte-parole a ajouté que l’investissement proposé par le PSG n’aurait lieu que s’il était propriétaire du stade.

« Il est dommage que le maire ait soudainement clos – définitivement – les discussions sur le verrouillage – la vente que nous avons depuis si longtemps, le club devant malheureusement maintenant proposer des options alternatives à notre domicile, ce qui n’est pas le résultat du club ou nos fans auraient pu espérer », a déclaré le porte-parole.

READ  Le Canada ouvre les championnats du monde de curling mixte avec une victoire sur la Nouvelle-Zélande

En novembre dernier, le président du club Nasser Al-Khelaifi a déclaré au quotidien sportif espagnol Marca que le PSG n’était « plus le bienvenu » au Parc des Princes, ajoutant qu’il cherchait « d’autres alternatives ».

« Ils nous font pression pour partir », a-t-il dit, notant que les Qataris « ont investi 80 millions d’euros » avant le Championnat d’Europe 2016 dans un stade qui « n’est pas le nôtre ».

Le club a déjà fait une offre pour le terrain, mais selon le vice-président d’Hidalgo, Emmanuel Grégoire, il ne s’agissait que de 40 millions d’euros (43 millions de dollars).

« C’est moins cher que Paredes », a-t-il plaisanté, faisant référence au milieu de terrain argentin Leandro Paredes, qui a coûté 47 millions d’euros au PSG (50,9 millions de dollars) lors de son arrivée en 2019.

L’équipe du maire s’est dite disposée à discuter de la question foncière, même si la vente n’est pas son « option prioritaire ».

« Il faut accompagner le Paris Saint-Germain dans sa volonté et son besoin de rénover, d’augmenter la capacité, de moderniser le parc », a-t-elle dit, ajoutant qu' »une partie du stade est sur le périphérique donc on ne peut pas creuser ».

Inauguré en 1897, puis réaménagé en 1972, l’ancien vélodrome, d’une capacité de 48 000 places, abrite le club parisien depuis 1974.

En 2013, le PSG a conclu un accord avec la mairie de Paris pour prolonger le bail jusqu’en 2043, après quoi ils ont réalisé une augmentation de 75 millions d’euros (81,2 millions de dollars) pour le stade sur trois ans.

Le Paris Saint-Germain est le club de football le plus titré de France depuis que Qatar Sports Investments a pris le relais en 2011, remportant le championnat à huit reprises. Il a également eu du succès dans les compétitions nationales de coupe en France mais n’a pas remporté la Ligue des champions de l’UEFA.

READ  Désaccord sur la carte marocaine : Le club s'est imposé 3-0 après avoir refusé de jouer en Algérie

L’année dernière, Paris a interdit la diffusion des matchs de la Coupe du monde du Qatar sur des écrans géants dans les espaces publics, invoquant des inquiétudes concernant les violations des droits des travailleurs migrants et l’impact environnemental du tournoi.

Le Qatar a nié à plusieurs reprises ces accusations.

La finale du tournoi – que la France a perdu contre l’Argentine aux tirs au but – a réuni le président français Emmanuel Macron.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *