Le parlement algérien face à un dilemme juridique

La Commission électorale nationale indépendante (ANIE) algérienne a annoncé samedi que le taux de participation aux élections législatives avait atteint 30,20 pour cent.

Le taux de participation a été de 38 % aux élections législatives de 2017 et de 42 % en 2012, provoquant une forte crise juridique pour la législature.

La faible participation est survenue après que le mouvement anti-Hirak et plusieurs partis d’opposition ont appelé au boycott des élections.

Abdel Razak Magri, leader du Mouvement islamique pour la paix, a déclaré que les candidats du MSP étaient en tête dans la plupart des régions.

Il a mis en garde contre “de nombreuses tentatives pour changer l’issue” et a appelé le président Abdelmadjit Deboun à “défendre la volonté du peuple”.

Selon le rapport, un certain nombre d’anciens indépendants ont remporté des sièges dans les deux anciens partis au pouvoir, le Front de libération nationale et le Rassemblement national démocratique, mais avec les mêmes anciens candidats.

Plusieurs listes indépendantes comprenaient des candidats des deux partis et d’autres partis qui soutenaient la politique de l’ancien président Apologis Bouteflika.

Les observateurs s’attendent à ce que le prochain parlement ait trois circonscriptions principales : les islamistes, les indépendants et les partis affiliés à l’ancien régime.

Pendant ce temps, le ministère des Communications et porte-parole du gouvernement, Ammer Belheimer, a déclaré à ABS News que les autorités avaient révoqué le droit de la France à opérer dans 24 pays en raison d’une “hostilité claire et persistante envers notre pays et ses institutions”.

Belheimer a également souligné que cela était dû “au parti pris flagrant de la chaîne, ainsi qu’à des actions proches d’activités incendiaires et d’hostilité professionnelle envers le pays”.

READ  France Air lève des parts de France-KLM

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *