Le patron de France Gallop, Choumilon, a admis son malaise face à la situation

Le directeur général de France Gallop, Olivier Deloitte, a reconnu son malaise avec le retour en selle de Christophe Soumillon à ParisLongchamp samedi, 24 heures après une suspension conséquente à Saint-Cloud.

Soumillon a été banni pendant 60 jours après que les stewards l’aient reconnu coupable de conduite dangereuse à bord de Syros lors du Prix Thomas Bryon Jockey Club de Turquie de vendredi.

Juste avant que le peloton ne rentre chez lui dans l’affaire du mile, Chaumillon s’est dirigé vers Rossa Ryan sur le skipper de Ralph Beckett, Wiersba, qui a donné un coup de coude à son coéquipier.

Soumillon sera interdit du 14 octobre au 12 décembre mais est disponible pour rouler dans le temps fort de l’automne de ParisLongchamp, où ses montures incluront le principal concurrent du Prix de l’Arc de Triomphe de dimanche, Vadeny.

Delloi a réalisé que la situation n’était pas parfaite et a déclaré: « Je suis très gêné de ce qui s’est passé.

« En ce qui concerne les règles et tout changement, nous devons examiner très attentivement et cela prendra du temps.

« Nous ne sommes pas ici pour établir de nouvelles règles, mais pour appliquer les règles existantes.

« Les règles actuelles sont aussi bonnes que possible, mais des choses comme ça ne devraient pas arriver en course. C’est quelque chose qui ne devrait vraiment pas arriver.

« Pour qu’il y ait des changements, il faudrait un appel de quelqu’un comme Jackie en Angleterre. »

Chaumillon s’est publiquement excusé suite à l’incident, insistant sur le fait qu’il n’essayait pas de déloger Ryan, et après avoir terminé troisième à Duke de Cessa lors de la première course de samedi.

READ  Women Six Countries: Deux chapeaux de Nouvelle-Galles portant le nom de la France

Il a dit: « Je n’ai rien dit à ce sujet, j’ai dit ce que j’avais à dire. »

Ryan est revenu au combat à Ascot samedi et a admis qu’il était soulagé d’avoir échappé à une blessure à l’automne.

Il a dit avant la course : « Je vais bien. J’étais un peu raide ce matin, mais je vais bien, Dieu merci. Je viens de croiser le médecin.

« Écoutez, c’est probablement quelque chose qui ne devrait pas arriver pendant la course, mais le principal est que je suis à 100 %, le cheval que je monte va bien, tout le monde va bien, donc c’est du passé, j’ai pour le faire. Continuez simplement à donner des coups de pied et à avancer.

« C’est une de ces choses qui se sont passées, je ne sais pas ce qui se passait dans la tête de Christophe. Puis il s’est excusé. Les médias ont beaucoup à dire à ce sujet.

« La façon dont j’ai atterri, c’était la première chute que j’ai évitée en pensant que j’avais beaucoup de chance. J’ai été très chanceux, mais je vis pour me battre un autre jour, mais quelqu’un m’a méprisé et ils ont pris soin de moi.

« C’est quelque chose que toutes les juridictions doivent surveiller, mais j’ai de la chance – c’est la chose la plus importante.

« Peu importe ce qui s’est passé, mais j’étais soulagé et heureux de pouvoir me débrouiller tout seul et de m’en éloigner. »

Ryan a ajouté: «Mon père est ambulancier et forme quelques personnes à côté. Il n’en était pas trop content et mes oncles non plus. Peu importe le coup de coude, c’est juste le mur que j’ai sur le sol. C’était un peloton de six coureurs et je ne voulais pas trop m’y attarder pour être honnête.

READ  Debon : l'Algérie ne tolère aucune ingérence étrangère dans ses affaires intérieures

« Je suis ravi d’être de retour samedi et de profiter d’une belle balade. »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.