Le Pentagone déclare que les livraisons de F-35 peuvent reprendre après la renonciation aux limaces d’origine chinoise

WASHINGTON (Reuters) – Les livraisons à Lockheed Martin peuvent reprendre (LMT.N) Le Pentagone a déclaré samedi que le F-35 sous dérogation permet aux alliages d’origine chinoise d’entrer dans la partie moteur.

En septembre, le Pentagone a cessé d’accepter de nouveaux F-35 après avoir découvert un aimant dans le moteur du chasseur furtif fait d’un matériau non autorisé en provenance de Chine.

La renonciation, signée le 8 octobre par William LaPlant, le principal acheteur d’armes du Pentagone, autorise un alliage dans la pompe de lubrification du moteur qui n’est pas conforme aux lois américaines sur les marchés publics. Ceux qui bloquent le contenu chinois non autorisé dans l’avion.

Inscrivez-vous maintenant pour obtenir un accès gratuit et illimité à Reuters.com

L’acceptation de l’avion est nécessaire dans l’intérêt de la sécurité nationale, a déclaré Lapalante dans un communiqué, ajoutant que la décision est valable jusqu’à ce que le dernier avion soit accepté dans le cadre du contrat, actuellement attendu en octobre 2023.

Fournisseur de pompes, Honeywell International (HON.O)pour trouver une source alternative de métal et l’utiliser dans les futures pompes à lubrifiant.

Les aimants ne transmettent pas d’informations et ne nuisent pas aux aéronefs, et il n’y a aucun risque pour la sécurité.

Lockheed Martin, qui fabrique les avions, a déclaré que le problème « était lié à un aimant sur un turbopropulseur F-35 fabriqué par Honeywell qui comprend un alliage de cobalt et de samarium ».

Le bureau du programme conjoint a déclaré dans son communiqué qu’une source alternative d’alliage sera utilisée à l’avenir.

Il y a d’autres aimants d’origine chinoise à bord qui ont reçu des dérogations d’anciens responsables du Pentagone.

READ  Taïwan ouvre un bureau en Lituanie, ignorant l'opposition chinoise

Inscrivez-vous maintenant pour obtenir un accès gratuit et illimité à Reuters.com

(Mike Stone rapporte à Washington). Montage par Cynthia Osterman

Nos critères : Principes de confiance de Thomson Reuters.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.