Le plus grand parti islamiste d’Algérie vise l’unité nationale

Le Mouvement pour la paix (MSP), le plus grand parti islamique d’Algérie, polarise la victoire aux élections législatives du pays le 12 juin.

Dans une interview exclusive avec l’Agence anatolienne avant les élections, le chef du parti Abderrazak Macri a déclaré qu’il chercherait à former un gouvernement d’union nationale si son parti remportait la majorité au parlement.

Au total, 1 483 candidats, dont 646 issus de 28 partis politiques et 837 indépendants, briguent des sièges sur les 407 membres du parlement.

En mars, le président algérien Abdelmadjit Deboun a appelé à des élections législatives anticipées le 12 juin, moins d’un mois après la dissolution de l’Assemblée populaire nationale, la chambre basse du parlement.

Un amendement constitutionnel en novembre 2020 a déclaré que le parti ou le camp qui a remporté la majorité des sièges au parlement avait le droit de diriger le gouvernement.

Auparavant, le président avait le pouvoir de nommer le chef du gouvernement, qu’il appartienne ou non à un parti majoritaire au parlement.

Gouvernement d’unité

Les indicateurs préliminaires montrent que son parti est en tête à l’approche des élections, a déclaré Macri.

« Le MSP a lancé une solide campagne pour les élections et est de plus en plus accepté par la population », a-t-il déclaré. “Notre mouvement est de plus en plus accepté au sein d’un parti et d’une communauté unique avec une structure solide et stable sur tout le territoire national.”

Cependant, Macri a souligné que son parti “appelait à la formation d’un gouvernement d’union nationale quel que soit le résultat”.

Il a poursuivi : “Même si nous obtenons 80% des voix, nous ne voulons pas prendre la tête seuls car la situation économique est très dangereuse et nécessite un large consensus politique et social pour soutenir le gouvernement”.

READ  En France, le nombre de patients Covid-19 en réanimation est proche de 6000

Le chef du MSP a déclaré que le processus de formation d’un gouvernement d’union nationale commencerait “immédiatement” après les élections et serait coordonné avec le président et impliquerait toutes les autres parties dans le dialogue.

“Tout le monde a la capacité d’engager le dialogue parce que nos relations avec les autorités, l’opposition et diverses forces sont bonnes”, a déclaré Macri.

Cependant, il a reconnu que leur nombre n’était pas suffisant pour vaincre le gouvernement de Loukachenko et a appelé à des “élections libres et équitables”.

Obsession des islamistes

Lorsqu’on lui a demandé si le régime était prêt à accepter un parti islamiste comme partenaire du régime, McGregor a déclaré que son parti était un mouvement national avec d’excellentes traditions politiques et avait participé au gouvernement dans le passé.

« Notre présence au gouvernement est une chose normale », la passion pour les partis islamiques arrivant au pouvoir est dans le Machrek arabe, mais au Maghreb arabe les partis islamiques sont les partis nationaux et leur présence est très naturelle. “

A l’appui de sa thèse, Macri a cité l’exemple d’un parti islamiste dirigeant le gouvernement au Maroc et faisant partie d’un gouvernement de coalition dirigé par un autre en Tunisie.

« Alors pourquoi ne serait-ce pas en Algérie ? demanda Macri.

Dans une interview à l’hebdomadaire français Le Point, publiée la semaine dernière, Debவுn a commenté les groupes « d’islam politique » et ne s’y est pas opposé car ils ne sont pas un obstacle à la croissance.

Le « rêve algérien » est-il une réalité ?

Interrogé sur le réalisme de son slogan de campagne « le rêve algérien », McGregor a déclaré : « Nous sommes plus capables que des pays comme nous dans les années 1980, et nous ne sommes pas pires que la Malaisie, qui est devenue un pays développé ».

READ  Mahrez: J'ai appris le contrôle et le drop en jouant au football de rue

« Nous connaissons notre réalité, nous avons un plan stratégique pour l’avenir, nous connaissons les expériences des autres pays. Pourquoi ne pouvons-nous pas réussir ?

Le projet de rêve algérien du parti propose des réformes globales, notamment la transformation de l’Algérie en une puissance économique croissante d’ici 10 ans.

McGregor a fait remarquer qu’il y avait un grand nombre d’indépendants dans la course aux élections et la possibilité qu’ils obtiennent la majorité au parlement, ajoutant qu’une réunion d’indépendants n’était généralement pas très importante au parlement.

“Il est vrai qu’il y a une demande de listes indépendantes en raison de la situation post-révolutionnaire et de la présence de quelques-uns au parlement, mais il y a une grande différence entre l’ambition et la réalité”, a déclaré Macri.

Il a souligné que si les sondages étaient équitables, « la majorité des listes indépendantes ne pourraient pas franchir le seuil », qui stipule que chaque liste doit recueillir cinq pour cent des voix dans chaque État.

“Ce sont les partis politiques les plus représentés au parlement”, a-t-il dit, ajoutant que si le camp indépendant formait une majorité, ce serait “une situation politique extraordinaire soumise à la logique de la démocratie” qui perpétuerait la crise algérienne.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *