Le président algérien revient d’Allemagne après une opération post-Covid احة

BAGDAD : Amnesty International a exhorté jeudi l’Irak à révéler où se trouvent 643 garçons et hommes musulmans sunnites enlevés il y a cinq ans par les forces paramilitaires chiites combattant l’Etat islamique.

Les hommes et les adolescents ont disparu lors d’une opération menée par les Forces de mobilisation populaire en juin 2016 pour reprendre Falloujah dans le désert occidental à l’Etat islamique, qui contrôlait alors les provinces sunnites du pays.

Le PMF a depuis été intégré aux forces de sécurité de l’État irakien.

Amnesty International a cité des témoins oculaires affirmant que le 3 juin, des hommes armés déguisés en PMF “ont enlevé à leurs familles environ 1 300 hommes et garçons en âge de combattre”.

“Au coucher du soleil, au moins 643 hommes et garçons sont montés à bord d’autobus et d’un gros camion. L’organisation de défense des droits humains a déclaré dans un communiqué que leur sort restait inconnu tandis que les autres allèguent qu’ils ont été torturés.

Le 5 juin, le Premier ministre irakien de l’époque, Haider al-Abadi, a formé un comité chargé d’enquêter sur les disparitions et les abus au cours des opérations militaires visant à reprendre Falloujah.

“Les conclusions de la commission n’ont jamais été rendues publiques”, a déclaré Amnesty.

“Il y a cinq ans, les familles de ces hommes et garçons vivaient dans l’agonie, ne connaissant pas le sort de leurs proches, ni s’ils sont encore en vie”, a déclaré l’organisation de défense des droits humains basée à Londres.

Les familles méritent de savoir ce qui est arrivé à leurs proches. Ils méritent de mettre fin à leurs souffrances.

READ  Voyager en France pendant Covid-19: ce que vous devez savoir avant de voyager

La foule nie avoir kidnappé ou détenu des personnes arbitrairement, mais ses dirigeants prétendent souvent que leurs prisons sont pleines de militants, sans prouver que les prisonniers appartiennent réellement à l’Etat islamique.

Les sunnites affirment régulièrement qu’ils ont été victimes de discrimination dans l’Irak post-EI, avec des milliers d’entre eux arrêtés et souvent condamnés à la prison ou à la mort pour affiliation à l’EI, à tort ou à raison.

Aujourd’hui, le gouvernement irakien est fortement critiqué pour avoir fermé des camps de personnes déplacées dans le cadre de la lutte contre l’Etat islamique.

« Le gouvernement a fermé 16 camps au cours des sept derniers mois, laissant au moins 34 801 personnes déplacées sans garantie qu’elles puissent rentrer chez elles en toute sécurité, obtenir d’autres abris sûrs ou accéder à des services abordables », a déclaré Human Rights Watch.

Dans un communiqué, Human Rights Watch a déclaré que les PDI forcées de quitter les villes de tentes avaient souvent leurs maisons détruites ou étaient considérées comme des « terroristes » par les autorités et leurs communautés, des accusations « sans aucune preuve ».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *