Le président algérien trompe les islamistes en leur donnant un rôle limité au gouvernement Sabar Blitz

ALGER – L’annonce de la nomination d’un Premier ministre technique par le président algérien Abdelmadzi Deboun a aggravé la frustration des islamistes cherchant à jouer un rôle actif dans le gouvernement ou à s’accaparer le pouvoir exécutif.

Ses actions ont donné l’impression que la formation du nouveau gouvernement serait loin de répondre aux aspirations des sympathisants des Frères musulmans.

Après la nomination de l’ancien ministre des Finances Ayman Benapadrahmane au poste de Premier ministre, son travail pour poursuivre les consultations avec les partis politiques et une réunion d’indépendants ont renforcé les craintes du plus grand parti islamiste du pays, l’Association pour le mouvement pour la paix (Homs), que le pillage politique ne fonctionne pas.

Pour l’avancement, le parti a publié une annonce surprise qu’il éviterait de participer au nouveau gouvernement.

Abderasak Macri, une figure de proue à Homs, a déclaré que la fraternité n’était pas impressionnée par l’offre que Debowne leur avait faite dans le cadre des consultations politiques entre le président et les partis vainqueurs après les récentes élections législatives.

La réaction de Macri a reflété le choc du mouvement, qui voulait jouer un rôle clé dans la formation du gouvernement et la mise en œuvre de son plan.

Le leader du mouvement pour la paix a déclaré : « Le privilège du parti d’entrer au gouvernement ne lui permettra pas d’influencer les politiques politiques et économiques que nous avons promises à l’électorat.

Bien qu’ayant terminé troisièmes en termes de sièges parlementaires, les islamistes étaient confiants de mener la nouvelle scène politique.

Mercredi, le chef de Holmes a défendu la décision du Conseil de la choura du parti de s’abstenir d’entrer au gouvernement. Nous avons suggéré au président un moyen de résoudre ce problème en coordonnant le plan du président avec nous, mais nous n’avons trouvé personne pour poursuivre la conversation sur le sujet du plan. “

READ  Les partis d'opposition algériens ont déclaré qu'ils ne se présenteraient pas aux élections partielles

Il a précisé qu’il avait demandé au président Homs d’envoyer une liste de 27 noms à choisir par quatre ou cinq personnes pour occuper des postes ministériels dans le nouveau gouvernement. Cela, a-t-il dit, n’a rien changé à ce qui existait avant le mouvement Hirac de février 2019.

Macri constate qu’il n’y a pas eu de réels changements dans l’exercice du pouvoir, notamment en ce qui concerne les relations avec les partis politiques.

Cependant, il n’a pas caché l’ambition précédente du mouvement de jouer un rôle plus fructueux dans la nouvelle scène politique en déclarant que « le Hamas voulait participer au pouvoir, pas au gouvernement ».

Il cite le désir de la fraternité d’étendre sa présence dans diverses institutions officielles et organisations gouvernementales, et non de poursuivre un rôle particulier au sein du gouvernement.

Il a relevé l’influence exercée par les membres du Front de libération nationale sur diverses institutions en nommant ses membres aux postes d’ambassadeurs, de gouverneurs et de divers postes gouvernementaux.

Debன்n semble avoir trompé les médias étrangers que les autorités n’étaient pas gênées par le soulèvement islamiste, comme il l’a dit, « Les islamistes en Algérie se conforment aux lois de la République, car dans certains pays arabes et islamiques ne portent pas de programme idéologique. “

Selon les observateurs algériens, le rapport donnait aux islamistes l’impression qu’ils avaient besoin d’autorités. Mais en fin de compte, ils n’ont reçu qu’un privilège limité qui leur a rappelé leur véritable taille politique.

Même l’existence d’une deuxième faction de la Fraternité (Mouvement de construction nationale) au gouvernement ne changera rien.

READ  L'Algérie a minimisé l'agence de presse française sur le rapport
Une image d’archive montre le nouveau Premier ministre Ayman Benapadrahman. (AFP)

Après l’avoir accusé de ne pas avoir obtenu la majorité parlementaire dans la fraude électorale (sans blâmer Debown), Macri a critiqué le mouvement populaire Hirac, en particulier les partis politiques d’opposition, pour « servir des objectifs étroits et idéologiquement discriminatoires, qui ont aidé la foule et les restes de le mouvement Hirak pour changer son essence (dans les poches du régime de Pudoflica). ”.

Macri, qui a stoppé le geste surprise de Tapun en annonçant sa non-participation au gouvernement, a déclaré qu’il aimerait maintenir des ponts le long des routes algériennes : “

Mais avec le nouveau parlement dominé par presque tous les croyants, les analystes pensent que le rôle aurait pu être coordonné avec les autorités, qui ont appelé une opposition à croire l’opinion publique sur l’existence d’un système démocratique.

Macri a exprimé son adhésion à son mouvement avec “la défense des libertés, le droit de former des partis, la poursuite de l’unité nationale et du consensus national”, un discours qui n’était pas dans les histoires de Holmes jusqu’à la dernière campagne électorale.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *