Le président de l’équipe nationale algérienne, Godjeel, suscite la colère du mouvement

Le Conseil national algérien a nommé Salah Godjeel à sa présidence, ce qui a été accueilli par une vague de critiques de la part des militants du mouvement qui ont condamné le choix du président Abdelmadjid Tebboune.

Les observateurs ont déclaré que cette nomination contredit les positions du président, qui s’est engagé à “construire une nouvelle Algérie” et a encouragé les jeunes à se présenter aux prochaines élections législatives.

Les militants du Hirak ont ​​exprimé leur colère après la nomination de Godjel, affirmant que cela reflétait négativement l’approche du président pour établir une “nouvelle Algérie”, où de jeunes cadres ont la possibilité de diriger des organes clés de l’État, comme Tebboune l’a finalement promis lors de sa campagne présidentielle. Pour 2019.

En 2020, Godjeel a été nommé président par intérim de l’Assemblée nationale pour succéder à Abdelkader Bensalah, qui a démissionné pour des raisons de santé.

Il a été nommé président de la Chambre des représentants après que certains parlementaires ont retiré leur candidature au poste, indiquant que l’affaire avait déjà été réglée par la présidence.

Godjil fait partie du «quota présidentiel» à l’Assemblée nationale, un groupe de 47 députés choisis par Tebboune pour soutenir les politiques et les projets de loi proposés par le gouvernement.

Il a bénéficié du fort soutien du Front de libération nationale et du Rassemblement national démocratique, les deux piliers du régime de l’ancien président Abdelaziz Bouteflika.

Godjel, 90 ans, est un vétéran de la révolution algérienne pour l’indépendance et a assumé un poste de cabinet à la fin des années 1970.

Il est également considéré comme l’un des symboles de l’ancien Front de libération nationale. Le mouvement a exigé la dissolution du front, l’accusant de corruption dans le pays.

READ  Mahrez marque et l'Algérie, championne d'Afrique, établit un record actualités footballistiques

Le pouvoir judiciaire a emprisonné les deux secrétaires généraux du Front de libération, ainsi qu’un certain nombre de ses députés et ministres, pour corruption, notamment en versant des pots-de-vin lors des élections de 2017.

Godjel a qualifié les prochaines élections législatives et locales de “jalon important”, soulignant que la vraie démocratie donne à l’Algérie l’immunité pour faire face à tous les défis.

L’Algérie a donné l’exemple en matière de démocratie au mépris de ses ennemis dans son pays et à l’étranger.

Tebboune a déclaré la semaine dernière qu’il commencerait les arrangements pour la création du “Conseil supérieur de la jeunesse”, qui a été introduit par la nouvelle constitution.

Il a également déclaré que l’État couvrirait les dépenses de campagne des jeunes candidats aux élections législatives, après avoir annoncé la dissolution de la Chambre des représentants.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *