Le président du Conseil de la Choura reçoit le nouvel ambassadeur saoudien en Algérie

La Commission royale pour le gouvernorat d’Al-Ula et l’Agence française pour le développement d’Al-Ula (Afalula) ont annoncé le lancement du premier programme de résidence artistique sur le site du patrimoine saoudien.

Le projet de 11 semaines, qui sera géré par Manifesto, vise à favoriser le dialogue, l’échange et la collaboration entre les artistes en résidence et la communauté d’experts travaillant sur le terrain à AlUla, ainsi que les praticiens locaux et d’autres membres de la communauté, selon un affirmation.

Six artistes font actuellement partie d’une résidence expérimentale qui se déroule jusqu’au 14 janvier.

Le travail de l’artiste conceptuel et éducateur en art Rashid Alshashai de Riyad, en Arabie saoudite, explore le but de l’existence humaine et les fonctions de la société à travers des objets et des images du quotidien.

L’artiste multidisciplinaire française basée à Paris Sarah Favreau produit des sculptures, des installations et des performances qui enquêtent sur la permanence de soi, de la nature et de l’œuvre d’art.

Taleen Hazbar, Syrie, basée à Sharjah, aux Émirats arabes unis, est architecte et artiste visuelle. Son activité et ses opérations visent à mettre en valeur les frontières entrelacées de la nature, de l’histoire et de l’environnement.

L’artiste multimédia française basée à Paris, Laura Seles, a trouvé de nouvelles façons de comprendre la relation entre les sculptures, les personnes, les images et les sons à travers son travail.

Sofiane Si Merabet, également française mais travaillant à Dubaï, est une artiste multimédia qui questionne les mémoires, les identités et les migrations.

Basé à Riyad, l’artiste multidisciplinaire saoudien Muhannad Shono explore ce qui se cache sous la surface de l’expérience humaine.

READ  Partie de l'accord: l'Algérie critique la reconnaissance par les États-Unis de la souveraineté du Maroc sur le Sahara occidental

Nora Al-Dabal, directrice des arts et de la planification créative à la Commission royale pour AlUla, a déclaré : « Cette résidence d’art expérimental est une nouvelle étape dans le développement culturel d’AlUla. Notre objectif n’est pas seulement d’offrir aux visiteurs des expériences culturelles uniques, mais également de contribuer à la création d’un écosystème culturel florissant avec un quartier des arts dynamique et un espace pour les artistes et les créateurs à AlUla.

« Le programme pilote de résidence d’artiste posera les bases solides d’une telle ambition.

La version bêta sera basée à Mabeti AlUla, une palmeraie et une maison d’hôtes au cœur de l’oasis d’AlUla. Il sera plus tard établi à l’école Deira, un centre d’art et de design.

Le communiqué ajoute que les artistes en résidence ont déjà commencé à établir des relations de collaboration avec des artisans locaux à travers les programmes organisés à l’école de Deira alors qu’ils approfondissent et concentrent leurs recherches sur les matériaux locaux d’AlUla et ses pratiques artisanales et culturelles.

L’école Deira est en passe de devenir un atout essentiel du futur quartier des arts d’AlUla, un éventail dynamique de programmes, d’éducation et de productions qui formeront une destination artistique vibrante et dynamique pour les communautés, les étudiants, les artistes et les visiteurs.

Le directeur scientifique d’Avalola, Jean-François Charnier, a déclaré : « L’originalité de ce premier programme de résidences d’art développé en partenariat entre la Commission royale pour le gouvernorat d’AlUla et l’Agence française pour le développement d’AlUla repose sur la collaboration entre des artistes internationaux avec un éventail impressionnant de recherche scientifique. Des experts travaillant actuellement dans l’oasis, notamment des archéologues, des anthropologues, des agronomes, des botanistes et bien d’autres.

READ  Olivia Jade dit avoir "travaillé dur à l'école" malgré le scandale des admissions

Arnaud Morand, responsable de la création et de l’innovation chez Afalula, a déclaré : « C’est une expérience sans précédent de connecter vision artistique et méthodes scientifiques à ce niveau dans l’écriture de roman et la ré-imagination de la destination.

« Cela contribuera sans aucun doute à mettre davantage en évidence l’authenticité d’AlUla en tant que destination culturelle d’un nouveau genre. »

Laure Confavreux-Colliex, directrice exécutive de Manifesto, a déclaré : « Nous sommes très fiers que Manifesto ait été choisi pour lancer son premier centre d’artistes au cœur de l’oasis d’AlUla. Nous travaillons sur place pour en faire le début d’une destination que les artistes ont vraiment construite.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *