Le président rwandais Paul Kagame suggère que le Royaume-Uni pourrait récupérer l'argent

Explication vidéo,

REGARDER : Dans une vidéo exclusive de la BBC, le président Kagame a proposé de restituer l'argent des contribuables britanniques si aucun réfugié n'entre au Rwanda

Le président rwandais Paul Kagame a déclaré qu'il restituerait l'argent au Royaume-Uni si les demandeurs d'asile ne sont pas renvoyés dans son pays, conformément à son accord avec le gouvernement.

Le Royaume-Uni a versé 240 millions de livres sterling au Rwanda, et 50 millions de livres supplémentaires seront versés. Jusqu’à présent, aucun demandeur d’asile n’a été envoyé dans le pays.

Lorsqu'on lui a demandé pourquoi il recevait cet argent, Kagame a répondu : « Cet argent ne sera utilisé que si ces gens viennent. S'ils ne viennent pas, nous pouvons leur rendre l'argent. »

Cela survient alors que Rishi Sunak fait face à un vote crucial à la Chambre des communes sur le projet de loi sur le Rwanda.

La porte-parole du gouvernement rwandais, Yolande Makolo, a déclaré que le pays n'était « pas obligé » de restituer l'argent versé, mais que si le Royaume-Uni demandait un remboursement, « nous l'envisagerons ».

Elle a déclaré dans un communiqué que l'argent versé au Rwanda était destiné à soutenir le développement économique du pays ainsi qu'à « se préparer à accueillir et à prendre en charge les migrants à leur arrivée ».

« Aux termes de l’accord, le Rwanda n’est pas obligé de restituer l’argent versé.

« Cependant, si aucun migrant ne vient au Rwanda dans le cadre de ce programme et que le gouvernement britannique souhaite demander le remboursement d'une partie du financement alloué au soutien des migrants, nous examinerons cette demande.

« Il est prématuré de parler de chiffres à ce stade, car nous attendons toujours la conclusion du processus législatif britannique et nous restons déterminés à faire de ce partenariat un succès. »

Le Premier ministre Rishi Sunak affirme que son projet d’expulser certains demandeurs d’asile vers le Rwanda aura un effet dissuasif sur les migrants cherchant à traverser la Manche à bord de petits bateaux.

Mais les travaillistes affirment qu'il s'agit d'un « gimmick » coûteux qui ne fonctionnera pas et qu'ils abandonneront cette politique s'ils remportent les élections générales.

Sunak fait également face à l'opposition de certains députés conservateurs, qui estiment que la législation n'est pas assez stricte et que le gouvernement doit être prêt à défier le droit international pour lancer des vols d'expulsion.

« Problème britannique »

Les députés doivent voter mercredi soir sur les modifications proposées à la législation et sur la question de savoir si le projet de loi dans son ensemble doit passer à l'étape suivante à la Chambre des Lords.

Le gouvernement semble confiant dans sa capacité à remporter le vote, malgré une rébellion majeure des députés conservateurs de droite mardi soir.

Faisal Islam, rédacteur en chef de la BBC Economics, a mené une courte interview avec Paul Kagame en marge du Forum économique mondial de Davos, en Suisse.

Le président n’a pas précisé combien d’argent il pourrait restituer au Royaume-Uni ni quand.

En réponse à une question sur les obstacles politiques et juridiques actuels à l’accord avec son pays, Kagame a déclaré qu’il ne s’agissait « pas d’un problème rwandais ». « Demandez au Royaume-Uni, c’est un problème britannique, pas un problème rwandais », a-t-il ajouté.

La chancelière fantôme travailliste Rachel Reeves a salué l'offre de Kagame de restituer l'argent, promettant de l'orienter vers « la résolution des problèmes d'asile » et « la répression des gangs criminels qui sont au cœur de cette affaire ».

S'exprimant à Davos, elle a déclaré : « Cela représenterait une bien meilleure utilisation des fonds et donnerait de bien plus grandes chances de succès dans le contrôle des petites traversées en bateaux, ce que nous devons certainement faire. »

Les travaillistes affirment que le projet rwandais coûtera finalement 400 millions de livres sterling aux contribuables britanniques.

Explication vidéo,

REGARDER : Sir Keir Starmer interroge le Premier ministre sur la « perte de contact » avec les personnes qui doivent être envoyées au Rwanda

Lors des questions du Premier ministre, le leader travailliste Sir Keir Starmer a affirmé que le gouvernement avait « perdu le contact » avec plus de 4 000 personnes qu'il avait alignées pour être expulsées vers le Rwanda.

Il suit Histoire du Daily Telegraph – citant des documents du ministère de l'Intérieur – qui indiquent que seules 700 des 5 000 personnes devant être expulsées sont en « contact régulier » avec les autorités.

Sir Keir a déclaré : « Dépenser 400 millions de livres sterling pour un plan visant à n’envoyer personne au Rwanda tout en perdant 4 000 personnes n’est pas un plan, c’est une farce. »

« Seul ce gouvernement peut gaspiller des centaines de millions de livres sterling dans une politique d'expulsion qui n'expulse personne. »

M. Sunak a défendu le bilan du gouvernement en matière d'immigration, avant d'ajouter : « C'est un peu amusant de l'entendre ici prétendre se soucier de la manière dont nous arrêtons les bateaux, alors qu'il a été très clair et a déclaré que même si le plan vise à réduire le nombre , il l'aurait quand même annulé.

« Parce qu'il n'a aucune valeur, aucune conviction, aucun projet, et c'est un retour à la case départ. »

READ  La Première ministre finlandaise Sanna Marin s'excuse de ne pas avoir été isolée après la diffusion de photos de boîte de nuit

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *