Le président tunisien rencontre la nouvelle direction libyenne |

TUNISIE – Mercredi, le président tunisien a rencontré le nouveau gouvernement libyen à Tripoli, devenant ainsi le premier chef d’État à se rendre dans ce pays ravagé par la guerre un jour après la prise du pouvoir par l’administration intérimaire.

Le président Qais Saeed a atterri à l’aéroport international de Maitika dans la capitale et a été reçu par Muhammad Yunus Al-Manfi, président du Conseil de la présidence libyenne. Ensuite, ils sont allés pour des pourparlers et le dirigeant tunisien a également rencontré le Premier ministre Abdelhamid Dabaiba, chef du nouveau gouvernement d’unité nationale.

“Nous travaillerons ensemble pour rétablir des relations normales à tous les niveaux”, a déclaré Al-Manfi lors d’une brève conférence de presse avec Saeed.

Le bureau de M. Said a déclaré que les pourparlers se sont concentrés sur l’économie et le commerce entre les deux pays, ainsi que sur le soutien de la Tunisie à la voie démocratique en Libye. “Le moment est venu de surmonter toutes les raisons de l’éloignement”, a déclaré Saeed, sans donner plus de détails.

La présidence tunisienne a déclaré dans un communiqué publié à l’issue des réunions que les deux pays étaient convenus d’activer des comités de haut niveau, des chambres de commerce et des accords bilatéraux.

Ils ont également souligné leur “détermination à faciliter la circulation transfrontalière des personnes et des marchandises”.

Ils ont également souligné la nécessité de revitaliser l’Union du Maghreb arabe au niveau des ministres des Affaires étrangères et des chefs d’État d’une manière qui serve les intérêts des peuples du Maghreb.

L’Union du Maghreb arabe travaille également à compter l’Algérie, la Mauritanie et le Maroc, mais elle est en sommeil depuis de nombreuses années.

READ  Pourquoi un économiste regarderait-il du bon côté ?

La Tunisie était un partenaire économique majeur de la Libye avant que les soulèvements ne balayent les deux pays il y a 10 ans. Le commerce entre les deux est tombé à moins de 363 millions de dollars, contre plus de 1,2 milliard de dollars en 2010, selon l’agence de presse officielle tunisienne.

Said a déclaré avoir également évoqué le cas de deux journalistes tunisiens – Sofiane Chourabi et Nazir Al Qattari – qui ont disparu dans l’est de la Libye en 2014. Il n’a pas fourni de détails.

L’État islamique (EI), qui opérait à l’époque dans l’est de la Libye, a déclaré que les deux journalistes avaient été tués. Les responsables tunisiens ont nié cette affirmation.

La visite de Saïd, la première d’un dirigeant tunisien depuis 2012, est intervenue un jour après la prise de pouvoir du gouvernement libyen à Tripoli, pour entamer officiellement une période relativement courte qui se terminera par des élections démocratiques à la fin de cette année dans ce pays riche en pétrole.

Au cours de cette visite, Saeed aurait envoyé des messages à des publics nationaux et étrangers.

Pour ceux qui sont chez eux, il s’approprie le programme de politique étrangère qui définit les privilèges qui commencent avec la Libye.

Les islamistes, représentés par le leader d’Ennahda et président du Parlement, Rached Ghannouchi, ont manœuvré ces derniers mois pour orienter la diplomatie tunisienne dans une direction favorable au prédécesseur du GNA, le gouvernement d’accord national. Dans un message publié mercredi sur Facebook, l’ancien ministre tunisien des Affaires étrangères Rafik Abdel Salam a accusé Said de s’aliéner le gouvernement d’accord national en ne lui apportant pas de soutien face à une attaque des forces du maréchal Khalifa Haftar.

READ  L'Algérie accuse les incendies de forêt d'incendies criminels, le nombre de morts s'élève à six

Said est également considéré comme étant dans une course contre la montre pour battre les concurrents régionaux de la Tunisie sur les opportunités du marché libyen, en particulier en matière de commerce et d’emploi.

En novembre, la Tunisie a accueilli les pourparlers du Forum politique libyen, choisi par les Nations Unies, qui ont finalement abouti à une feuille de route désignant le gouvernement intérimaire à la tête de la Libye lors des élections présidentielles et parlementaires du 24 décembre.

Le rapatriement des familles des militants tunisiens fait également partie des sujets de préoccupation commune des dirigeants des deux pays.

Des groupes de défense des droits ont annoncé mercredi que la Tunisie avait renvoyé au moins 16 femmes et 10 enfants détenus en lien avec des militants djihadistes dans la Libye voisine, déchirée par la guerre. Plus tôt ce mois-ci, les autorités libyennes les ont remis en deux groupes distincts à la frontière tunisienne, a déclaré Mustafa Abdel Kabir, de l’Observatoire tunisien des droits de l’homme.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *