Le report des élections au Sénégal jugé illégal

  • Par Maini Jones, correspondant Afrique de l'Ouest et James Gregory
  • nouvelles de la BBC

Commentez la photo,

Des émeutes généralisées ont éclaté au Sénégal après que le président a annoncé le report des élections prévues plus tard ce mois-ci.

La Cour suprême du Sénégal a jugé que la décision de reporter les élections prévues ce mois-ci était inconstitutionnelle.

Le Conseil constitutionnel a annulé le décret du président Macky Sall et un projet de loi controversé adopté par le Parlement visant à reporter le vote à décembre.

Des manifestations généralisées ont balayé ce pays d’Afrique de l’Ouest, autrefois considéré comme un bastion de la démocratie dans la région.

Des personnalités de l'opposition ont déclaré que cela équivalait à un « coup d'État constitutionnel ».

Sall avait annoncé le report des élections en raison de préoccupations concernant l'éligibilité des candidats de l'opposition.

Sa proposition a été soutenue par 105 des 165 membres du Parlement après un débat houleux qui a vu la police expulser certains députés de l'opposition de la chambre. Le report de six mois avait été initialement proposé, mais un amendement de dernière minute l'a prolongé à 10 mois, ce qui signifie que la nouvelle date des élections est le 15 décembre.

Sall a confirmé qu’il n’avait pas l’intention de se présenter à nouveau à la présidence. Mais ses détracteurs l’ont accusé soit de tenter de s’accrocher au pouvoir, soit d’influencer injustement son successeur.

Les candidats de l'opposition et les législateurs, qui ont déposé un certain nombre de recours juridiques contre le projet de loi, se sentiront justifiés par la décision du tribunal jeudi soir.

Khalifa Sall, figure éminente de l'opposition et ancien maire de la capitale Dakar, qui n'a aucun lien avec le président, a qualifié le report de « coup d'État constitutionnel », tandis que Thierno Alassane Sall, un autre candidat, qui n'a aucun lien avec le président, a qualifié ce retard de « haute trahison ». « .

Le tribunal a déclaré qu'il était « impossible » de tenir les élections à la date initiale du 25 février – soit seulement 10 jours plus tard – mais a exhorté les autorités à les organiser « dès que possible ».

M. Sall n’a pas encore répondu à la décision. Son deuxième mandat se termine le 2 avril.

Même si les élections pourraient avoir lieu avant avril, les différends qui ont conduit au report des élections restent non résolus, notamment les allégations de corruption au sein du Conseil constitutionnel et les objections des candidats de l'opposition qui ont été exclus de la liste des candidats publiée le mois dernier.

La tenue d'élections sur la base d'une liste de candidats contestée pourrait conduire à de nouveaux troubles et violences de la part des partisans de ceux qui n'ont pas pu se présenter aux élections, en particulier Ousmane Sonko, très populaire parmi la jeunesse sénégalaise.

La plupart des candidats n'ont pas fait campagne depuis que le président Sall a publié son décret le 3 février, quelques heures avant le début de la campagne électorale.

Cette décision intervient le jour même où plusieurs hommes politiques de l’opposition et membres de la société civile ont été libérés de prison, ce que certains dans le pays ont considéré comme une mesure visant à apaiser l’opinion publique.

Le Sénégal a longtemps été considéré comme l’une des démocraties les plus stables de la région. C’est le seul pays d’Afrique de l’Ouest continentale qui n’a jamais connu de coup d’État militaire. Le pays a connu trois transferts de pouvoir largement pacifiques, et l’élection présidentielle n’a été reportée qu’au début du mois.

Commentez la photo,

Les critiques accusent le président Sall de tenter de s’accrocher au pouvoir

READ  Les conservateurs lancent leur projet d'élire un nouveau chef

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *