Le revenu du Nigeria par rapport au PIB est mauvais, selon Akabwezi | The Guardian Nigeria Nouvelles

Directeur Général du Bureau du Budget, M. Ben Akabwezi

• FG pour une interprétation judiciaire des crédits budgétaires
Présidence : les Nigérians n’ont pas élu d’organe législatif ou exécutif pour se combattre

Le directeur général du Bureau du budget de l’Union, Ben Akabwezi, a laissé entendre hier que le gouvernement fédéral ira “à un moment donné” devant la Cour suprême pour une interprétation judiciaire des crédits en ce qui concerne le budget.

Akabwezi l’a révélé dans la troisième édition de la série Dialogue national sur le leadership qui s’est tenue virtuellement. L’événement a réuni des représentants du gouvernement et des membres d’organisations de la société civile pour échanger leurs points de vue sur « Repenser l’économie : de l’exploitation à la finance, la budgétisation pour qui ? »

Le directeur général a déclaré que la branche exécutive du gouvernement avait été critiquée à tort pour ce que les gens considéraient comme un budget médiocre alors que l’Assemblée nationale jouait un rôle actif dans le processus.

Il a accusé les législateurs d’interpréter des dispositions vagues de la constitution et de les étendre autant qu’elles sont en leur faveur.

Akabwezi a admis que le budget fédéral du Nigeria, qui s’élève à 4,6% du PIB, était “trop ​​faible en termes de nombre et de défis socio-économiques”. Il a admis que le gouvernement était impuissant parce que les rendements du PIB étaient parmi les plus bas d’Afrique.

Selon lui, les revenus du pays provenant du PIB sont actuellement d’environ huit pour cent, soit seulement un point de pourcentage de plus que le Soudan, qui se trouve au bas du classement régional.

Comparé à 29% en Afrique du Sud, 33% en Algérie et 22% de la moyenne régionale, Akabwezi a déploré que doubler les performances du Nigeria – le plan à court terme du gouvernement – ne placerait pas le pays sur un pied d’égalité avec les autres grandes économies de l’État. . le continent.

Il a imputé la faiblesse des revenus du pays à une “structure de l’économie” faible. Par exemple, a-t-il dit, l’agriculture dans le pays, qui est un moteur majeur du PIB, n’était pas une source majeure de revenus en raison de la nature de subsistance du secteur. Il a rattaché l’ensemble des recettes publiques (y compris les gouvernements étatiques et locaux) au PIB à huit pour cent, ce qui est très faible, et que cela doit nécessairement être amélioré pour réduire la dépendance du pays à l’égard de la dette et augmenter les dépenses publiques.

READ  Le chef du NAB « optimiste » sur les perspectives économiques ; Faibles créances douteuses

Le directeur général a déclaré qu’il n’y avait aucune loi indiquant quel pourcentage du budget fédéral devrait aller aux projets d’investissement et que beaucoup de dépenses récurrentes étaient nécessaires.

En 2016, il n’y a pas de politique sur ce qui devrait être budgétisé pour les projets d’immobilisations. Mais en 2017, nous avons élaboré une politique selon laquelle 30 % du budget devrait être consacré aux dépenses en capital. Jusqu’à présent, nous n’avons toujours pas de loi comme dans le cas de l’Éthiopie où la loi oblige le gouvernement à consacrer au moins 60 pour cent de son budget au budget d’investissement. Il a souligné que si le gouvernement devait réduire les salaires pour atteindre le minimum, il devrait le faire.

Il a fait valoir que le budget du gouvernement fédéral était comparé à tort à celui de l’Afrique du Sud, de l’Égypte et d’autres pays africains parce que le pays “ne gère pas de budget national” comme ses pairs. Il a exhorté les Nigérians à regarder au-delà des chiffres dans l’examen du budget en tant qu’outil éthique.

Akabwes a également fait valoir que le type de consultation budgétaire demandé par le Nigéria n’était pas réalisable dans le cas du budget fédéral et a insisté sur le fait que le MTEF/FSP est souvent ouvert aux auditions et contributions publiques.

Mais le directeur principal du Center for Social Justice, le Dr Ize Onikberi, a critiqué l’affirmation d’Akabwezi, déclarant : « Le gouvernement n’a jamais consulté les gens sur le budget. Vous ne pouvez pas amener les gens dans un forum, leur donner des diapositives à regarder sans leur contribution et affirmant qu’il y avait eu une consultation.”

READ  L'Algérie prépare une nouvelle loi sur les investissements ciblant les sources de financement non énergétiques

Le sénateur Ibrahim Ida de l’État de Katsina a chargé le gouvernement d’utiliser les impôts de manière créative pour augmenter ses revenus. Cependant, a-t-il noté, des impôts plus élevés ne se traduisent pas nécessairement par plus de revenus car cela peut affaiblir l’économie et réduire le revenu imposable.

Malgré cela, la présidence a déclaré que les branches exécutive et législative du gouvernement ne sont pas censées avoir des différences mais travailler ensemble pour le plus grand bien des Nigérians et du pays.

Selon le chef adjoint spécial du président aux affaires de l’Assemblée nationale (Chambre des représentants), Omar Al-Yacoub, les membres des deux branches n’ont pas été élus pour se battre.

Al-Yacoub a fait cette déclaration à Abuja, hier, lors d’un point de presse pour passer en revue les relations entre la neuvième Assemblée nationale et la présidence de Muhammad Bukhari au cours des deux dernières années.

On a demandé à l’assistant présidentiel si la relation amicale avait abouti à un résultat positif pour le pays. En réponse, il a déclaré: “Je pense que cela donne vraiment les bons résultats, et bien sûr, cela peut conduire à de meilleurs résultats. Avoir ces associations continues, constructives et efficaces. Les avantages d’une bonne relation peuvent être vus clairement, et l’un des ces avantages est le cycle budgétaire.

« Lorsque vous budgétisez et mettez en œuvre, en particulier en examinant la composante capital du budget, vous constaterez que de nombreux projets d’infrastructure à travers le pays ont été réalisés, certains parce qu’ils ont été utilisés, tels que les infrastructures ferroviaires, routières et hospitalières.

D’autres sont en cours et seront achevés avant la fin de l’année, d’autres, l’année prochaine, certainement avant (la fin de) cette administration. Ils vont certainement changer les choses pour le mieux parce que des emplois seront créés.

READ  Private Equity en Afrique: financer l'écart et stimuler l'économie | Algérie 2021

« Donc, bien qu’il y ait certainement des souffrances dans le pays, si Dieu le veut, avec le développement des infrastructures – parce que le développement des infrastructures conduit au développement économique – vous constatez que plus vous ouvrez votre espace, plus vous créez la bonne infrastructure dans l’éducation “, la santé, les routes, les chemins de fer, beaucoup de gens, même dès les étapes de la construction, sont impliqués et ont ainsi la possibilité de travailler. Beaucoup de jeunes Nigérians sont impliqués dans de tels projets de construction. “

Interrogé sur le fait qu’il était préférable d’avoir une relation plus stricte entre l’exécutif et le législatif pour une meilleure gouvernance du pays, Al Yaqoub a déclaré que les Nigérians bénéficieraient davantage d’une relation amicale.

Il a déclaré: “Je n’exigerais certainement pas une relation difficile car une relation difficile ne conduit pas à des résultats. Mais les pouvoirs exécutif et législatif sont censés être des dirigeants responsables. Ils ont été élus par le peuple nigérian pour venir, coopérer et travailler pour eux .

“Permettez-moi aussi de dire rapidement qu’il y a aussi des points de désaccord et de désaccord. Par exemple, la loi complémentaire que le président vient d’approuver, n’était pas ce qui a été présenté par l’exécutif et a finalement été approuvée par l’Assemblée nationale ; il y a eu des changements. Mais le président est allé de l’avant et a accepté parce qu’il a compris qu’ils avaient le droit de faire ces changements. Donc, ce qui est important, c’est que nous ne sommes pas d’accord pour nous mettre d’accord sur une plate-forme commune pour le bien commun du peuple nigérian qui a élu le gouvernement au pouvoir .”

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *