Le roi du Maroc appelle à un soutien « sans équivoque » au Sahara occidental

Beyrouth : La décision de la municipalité de Taraya dans la Bekaa de déplacer un mémorial aux membres des Forces armées libanaises de l’entrée de la ville au bord de la route a été critiquée.

Il a affirmé que le mémorial avait été déplacé afin de ne pas brouiller une image associée à un parti politique.

Le monument – un véhicule militaire blindé – était présenté comme un symbole de loyauté envers les habitants de la ville morts en défendant le pays.

L’Organisation de réforme municipale de Taraya a déclaré que la décision de placer le monument sur le bord de la route était inappropriée.

Elle a déclaré que les avis étaient partagés lors de la réunion du conseil municipal, certains soutenant la décision et d’autres la rejetant.

Taraya est située à 75 km de Beyrouth et est un bastion du Hezbollah et de son allié le mouvement Amal, semblable à la plupart des villages et villes du centre et du nord de la Bekaa qui sont habités par une majorité de chiites.

Le Parti de la réforme municipale a dénoncé le comportement du maire de la ville, Rifaat Hamiya, général de brigade à la retraite dans l’armée depuis plus de 25 ans en service.

« Nous souhaitons qu’il utilise les principes nationaux, impose des lois, tienne les corrompus responsables, applique et respecte les règlements de l’armée nationale, au lieu d’adhérer aux ordres du parti et d’exploiter le conseil municipal et ses membres à des fins personnelles. »

Alors que l’organisation a souligné son soutien à diverses affiliations politiques, elle a déclaré qu’elle s’oppose aux décisions des milices et des partis qui propagent l’hostilité envers l’armée libanaise.

READ  Nikki dit que le Japon autorisera les voyages d'affaires

Taraya souffre actuellement socialement et économiquement comme d’autres villes de la Bekaa, dans l’attente de la mise en place d’une politique de développement.

Les partis contrôlaient les municipalités de ces villes, en particulier le Hezbollah, qui infiltrait la vie sociale, imposait des traditions et contrôlait même les décisions dans ces lieux.

Ali Al-Amin, rédacteur en chef du journal Al Janoubia, a déclaré à Arab News : « Ce qui s’est passé s’inscrit dans le cadre de la trajectoire bien définie du Hezbollah au niveau libanais, et de sa focalisation (le parti) sur la communauté chiite après sa les relations entre eux ont été ébranlées avec les forces alliées depuis le 17 octobre 2019, lorsque les gens sont descendus dans la rue et ont protesté contre tout le monde.

Al-Amin a déclaré que le Hezbollah essayait de profiter de son pouvoir sur l’État et la société pour transmettre ses idéologies. Elle se moquait de l’opposition, qui reflétait la fragilité de l’État.

Al-Amin a ajouté : « Mais je pense que le Hezbollah essaie de se concentrer sur des questions secondaires parce qu’il est incapable de répondre aux questions stratégiques.

Il exerce les mêmes choix parce qu’il n’a pas de réponses sur le type d’État et d’économie qu’il veut pour le Liban et sur la manière de lutter contre la corruption. Ce sont des questions de gens et il (le parti) exploite la structure sectaire ».

Vendredi, le Hezbollah a célébré la pose de la première pierre d’un monument touristique à Janta dans le gouvernorat de Baalbek sur le modèle du monument de Mleeta dans le sud, le repère idéologique du parti car il raconte l’histoire de la résistance à l’occupation israélienne du point de vue du parti.

READ  Les exportations japonaises ont affiché les gains mensuels les plus importants depuis la fin de 2017

Le secrétaire général du Hezbollah, Hassan Nasrallah, a déclaré dans un discours que le résultat des pourparlers nucléaires à Vienne n’aurait pas d’impact sur les pourparlers maritimes visant à délimiter la frontière entre le Liban et Israël.

« Qu’un accord nucléaire soit signé avec l’Iran ou non, si le médiateur américain ne donne pas au Liban ce qu’il exige de ses droits, nous nous dirigeons vers une escalade – nous nous dirigeons vers un problème », a déclaré Nasrallah.

Il a appelé à surveiller le champ de Karish, la frontière libanaise et le médiateur américain, ajoutant que le médiateur perd actuellement du temps et est en retard.

Les loyalistes du Hezbollah dans la « Campagne civile pour protéger la richesse marine » ont appelé à un rassemblement le 28 août.

La marche partira de tous les ports libanais et se dirigera vers la frontière maritime à Ras Al-Naqoura.

Le coordinateur de la campagne, Hani Suleiman, a déclaré que chaque citoyen libanais est concerné par cet événement pour garantir « notre droit à notre eau, comme notre droit à notre terre ».

Suleiman a déclaré que les ports de Tripoli, Beyrouth, Sidon, Tyr et Naqoura seraient prêts cette semaine et que les derniers préparatifs avaient été organisés.

La marche commencera avec des bateaux et des yachts de différentes tailles, et le nombre devrait dépasser 100.

Ils porteront le drapeau libanais pour envoyer un message à la communauté internationale et montrer la position du peuple au centre du conflit avec les Israéliens.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.