Le secteur de la santé algérien est stressé car les médecins partent avec de mauvaises conditions de travail et des bas salaires.

Le secteur de la santé en Afrique du Nord est sous pression alors que des milliers de médecins quittent l’Algérie pour de meilleurs salaires, conditions de travail et opportunités.

Chaque année, 500 à 1 000 médecins algériens se rendent en France, en Allemagne, au Canada et dans les pays du Golfe. Le Conseil national des médecins estime qu’un total de 15 000 médecins ont quitté le pays, a déclaré le Dr Mohamed Bekat Bergani, président de la Commission médicale nationale et membre du comité scientifique algérien pour s’opposer au Govt-19.

Avec le licenciement en raison de mauvaises conditions de travail, la qualité du service médical dans le pays a décliné.

Environ sept pour cent Le PIB de l’Algérie sera consacré à la santé d’ici 2021, mais «les soins de santé en Algérie se débattent depuis des années et l’épidémie de COVID-19 a révélé nombre de ses faiblesses». Le projet Borgon, Organisation mondiale de lutte contre la pauvreté basée aux États-Unis.

“L’Algérie a besoin de médecins et d’ambulanciers car il n’y a que 1,13 médecin pour 1000 habitants”, a-t-il déclaré. Données de résidence médicale Sorti en 2015.

Le ministre de la Santé Abderrahmane Benbosit, Centre, visite un hôpital de Plida le 2 février 2021. (Nasim Sabhahi)

Avec moins de médecins et des soins de moindre qualité, de nombreux patients sont transférés vers d’autres pays pour des soins non disponibles en Algérie, aux frais du gouvernement. ministre de la Santé Abderrahmane Benposit, A résolu ce problème lors de la visite Plita, À environ 45 km au sud-ouest d’Alger le 2 février.

«Nous travaillerons à réduire le coût du transfert des patients vers d’autres pays en utilisant l’expertise étrangère pour bénéficier de procédures chirurgicales non disponibles dans les hôpitaux nationaux, qui effectueront ces procédures avec l’aide des administrateurs médicaux locaux en Algérie, pour étudier les conditions de patients dans le domaine de la cardiologie à Blitz. Amis du centre hospitalier universitaire Fanon, Mentionné.

READ  Wang Yi est en pourparlers avec le ministre algérien des Affaires étrangères Ramdane Lamara

Coûts plus élevés de la relocalisation des patients

Bien que le traitement dans les hôpitaux publics du pays soit gratuit, certains patients nécessitent une intervention chirurgicale ou d’autres traitements qui ne sont pas pratiques à fournir en Algérie. Le transfert des patients à l’étranger, qui profite souvent aux riches, Frais Le Trésor algérien dispose de centaines de millions de dollars.

Professeur d’oncologie Kamal Pusit, Chef de service Centre Bear et Marie Curie de l’hôpital Mustafa A Alger et président de la Société algérienne d’oncologie médicale, l’un des principaux opposants à cette pratique.

«J’ai toujours plaidé pour arrêter de transférer des patients à l’étranger», a-t-il déclaré. «Nous sommes le seul pays exportateur [not only] Des patients, mais pas des médecins. C’est assez… C’est trop. “

Au lieu de formuler des politiques pour améliorer le secteur de la santé du pays, Bazit a également critiqué de hauts responsables gouvernementaux pour avoir affirmé qu’ils étaient traités en France ou en Allemagne.

“Je peux personnellement attester du fait que la France dispose d’une grande chaîne, mais aussi du Golfe et des pays anglo-saxons, en particulier les Etats-Unis”, a déclaré le Dr Mohamed Beckett au Zenger News.

“Le président de la république a été soigné en Allemagne, et son prédécesseur Aptologis Bouteflika a reçu des médicaments de qualité en Suisse et plus tard en France, donc cela prouve que le secteur de la santé dans notre pays est malade”, a déclaré Smile Nasef, 40 ans. Mustafa rencontrait un membre de sa famille qui était soigné à l’hôpital.

Drainage cérébral d’Algérie

“Le problème de la migration” cérébrale “est comme le véritable saignement des médecins”, a déclaré Bergani.

READ  Burger King offre des pommes de terre au service au volant pour soutenir les agriculteurs français

Parallèlement, de nombreux hôpitaux et centres de santé en Algérie souffrent d’une pénurie de personnel médical et paramédical.

Parce que les installations médicales et les médecins sont si rares dans certaines régions, y compris les zones décrites par le président Abdelmadzit Deboun comme «les zones d’ombre de la république», Bergani appelle le gouvernement à «garder à l’esprit cette douleur de faire de l’Algérie un pays de capacités. Benefit of Abroad. “

Bergani espère que le ministère de la Santé trouvera un moyen de ramener des Algériens médicalement doués dans la diaspora et de garder les jeunes médecins dans le pays.

Les pénuries de personnel affectent toutes les spécialités de santé, certaines plus que d’autres.

«L’oncologie, la cardiologie et la génétique sont les plus touchées par cette carence», a déclaré le Dr Sadie Slimane, omnipraticienne à Borough.

En plus du personnel, le système de santé en Algérie ne dispose pas des équipements spécifiquement pour la radiologie et les chirurgies à haut risque.

“Tous ces problèmes sont dus au fait que les autorités du pays n’accordent pas l’importance voulue à ce domaine important et aux médecins qui vivent et travaillent dans des situations catastrophiques”, a déclaré le Dr Ahsen Seker, cardiologue.

Une capture d’écran montre un médecin algérien qui a été agressé par la police lors d’une manifestation en 2018 à Aran, dans l’ouest de l’Algérie. Les médecins protestent depuis des semaines contre les mauvaises conditions de travail. (Boogie diesel)

Luttes organisées

Plusieurs centaines de personnes à Alger se sont rassemblées en solidarité avec les médecins qui vivaient à l’intérieur du CHU. Des réunions similaires ont eu lieu dans d’autres villes.

“Cette répression sanglante, en plus des conditions socioprofessionnelles déplorables dans lesquelles travaillent les médecins et paramédicaux algériens, a fait fuir des centaines d’entre eux à l’étranger. Personnellement, je voudrais partir”, Dr Fatima Chawli Jenker, spécialiste en médecine interne à l’hôpital d’Annaba dans le nord-est de l’Algérie, a déclaré au PTI.

READ  Algérie : les partis des Frères musulmans se présentent aux élections

«Le gouvernement nous met à l’écart et nous déteste. Nos établissements de santé ne les ont pas tous. Le matériel n’est pas matériel, ne doit pas être pris en compte ou pris en charge. “

(Edité par Judith Eiskoff et Carlin Becker)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *