Le Trésor américain est optimiste quant à l'économie sud-africaine

Le secrétaire adjoint américain au Trésor, Wally Adeyemo.

Dursun Aydemir/Agence Anadolu via Getty Image


Le secrétaire adjoint au Trésor américain, Wally Adeyemo, a déclaré que la coopération entre le gouvernement et les entreprises renforce les perspectives de l'Afrique du Sud, malgré les nombreux défis auxquels est confrontée l'économie. Adeyemo, qui a passé cinq jours en Afrique du Sud à rencontrer des responsables gouvernementaux et des hommes d'affaires, a noté que l'économie du pays est en croissance malgré les obstacles, notamment les pénuries d'électricité et la perturbation des ports et des lignes de fret ferroviaire. Cela s'explique en partie par le fait que les entreprises travaillent avec l'État pour résoudre les problèmes, a-t-il expliqué.

« Venir en Afrique du Sud m’a rendu plus optimiste quant à l’économie sud-africaine qu’avant mon arrivée ici », a-t-il déclaré vendredi dans une interview au bureau de Bloomberg à Johannesburg. « S’ils parviennent à atténuer ces vents contraires, ce qu’ils ont la capacité de faire, ils auront une réelle opportunité de croître au-delà de leurs attentes », a-t-il déclaré à propos du pays.

La visite d'Adeyemo intervient alors que les États-Unis et l'Afrique du Sud tentent de rétablir des relations tendues par le refus de Pretoria de condamner l'invasion russe de l'Ukraine et les allégations de l'ambassadeur américain, démenties par le gouvernement, selon lesquelles ce pays africain aurait fourni des armes à la Russie. L'Afrique du Sud fait également partie du bloc politique des BRICS aux côtés des rivaux géopolitiques des États-Unis, la Chine et la Russie.

READ  Les données du CSO montrent que l'économie a décliné mais n'est pas sortie

Les États-Unis sont un investisseur majeur en Afrique du Sud, avec plus de 600 de leurs entreprises soutenant 230 000 emplois dans la plus grande économie d'Afrique, selon Adeyemo. Des entreprises américaines, dont Ford et Walmart, ont investi en Afrique du Sud. L’Amérique est le deuxième partenaire commercial du pays après la Chine.

Les investisseurs craignent que des querelles diplomatiques ne perturbent cette relation. Adeyemo a déclaré que compte tenu des négociations en cours entre les deux pays et de l’ampleur des investissements américains, ces craintes sont infondées.

Il a déclaré que les entreprises sud-africaines « veulent faire plus avec les États-Unis, plus avec le Royaume-Uni, plus avec l'Europe ». « Les deux parties reconnaissent la valeur de la relation compte tenu de nos valeurs communes et de l’importance de l’Afrique du Sud pour les États-Unis. »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *